Syndicalisme Hebdo prend ses quartiers d'été jusqu'à la prochaine édition le 31 août. Mais la rédaction reste mobilisée tout l'été sur notre site et sur notre compte Twitter @SH_CFDT.

Les grands enjeux de la rentrée sociale abonné

Emploi, rémunérations, retraites, stratégie européenne… Tour d’horizon des principaux dossiers de cette rentrée 2019 avec les responsables des fédérations CFDT.

Par Emmanuelle Pirat et Anne-Sophie Balle— Publié le 04/09/2019 à 14h08

image

Agitée, la rentrée sociale ? « En tout cas, elle sera dense ! », convient la CFDT. Alors que les rendez-vous vont se multiplier dans les prochaines semaines, la mise en place des comités sociaux et économiques continue de mobiliser les militants dans les entreprises. Un enjeu central pour toute l’organisation (lire l’encadré) qui s’ajoute à la liste des priorités dans des secteurs en surchauffe. Car la trêve estivale n’aura pas permis d’apaiser les tensions chez les pompiers ou aux urgences, avec ce week-end le franchissement du seuil de 50 % de services en grève. « À la question des moyens humains et financiers s’ajoute le besoin de clarification des missions des services d’urgences. Il va falloir trancher, sans quoi le malaise risque de s’intensifier chez les soignants », résume lien vers le contenu : Santé Sociaux, qui s’appuie sur les premiers résultats de la troisième édition de son enquête Parlons effectifs*. Dans les Ehpad, la mobilisation se poursuit pour améliorer les conditions de travail et l’accueil des personnes âgées, avec une probable date intersyndicale courant d’octobre. La Fédération Chimie-Énergie sera également mobilisée, avec un appel intersyndical à la grève le 19 septembre contre le plan de réorganisation d’EDF qui prévoit le découpage de l’entreprise en deux entités distinctes.

Emploi et qualité de l’emploi


Les priorités d’action nationale

Dans son discours de clôture de l’université syndicale d’été, Laurent Berger a évoqué les six priorités d’action de la CFDT pour cette rentrée sociale, au premier rang desquelles figure l’accompagnement des militants dans la mise en œuvre des CSE, de la négociation jusqu’aux élections : « La qualité du dialogue social dans les entreprises est en jeu, tout comme notre représentativité. » Viennent ensuite les questions de travail, sur lesquelles le patronat rechigne à discuter mais qu’il va falloir « continuer d’interpeller afin que l’organisation du travail devienne un réel sujet de discussion et que les travailleurs soient reconnus dans ce qu’ils apportent à l’entreprise et respectés pour leur travail ». En lien direct avec ces questions, vient la troisième priorité d’action de cette rentrée : la réforme des retraites. Alors que le calendrier se distend une nouvelle fois (le gouvernement envisage une deuxième phase de concertation d’un peu moins d’un an), la CFDT veut profiter de ce temps pour discuter et informer les militants et adhérents en répondant à leurs interrogations lors des débats programmés en région.

Dans les territoires, la mobilisation pour l’emploi et les transitions, et plus généralement la mobilisation pour un nouveau modèle de développement se poursuit. Ce doit être l’occasion de pousser les propositions du Pacte du pouvoir de vivre, dont le tour de France commencera à la mi-septembre. « La rencontre organisée à Matignon la semaine passée est peut-être le signe d’un changement de méthode. Mais nous jugerons sur pièce », a rappelé…

Pour continuer de lire cet article, vous devez être abonné.

s'abonner

Déjà abonné ? Connectez-vous