La démocratie sociale à l’heure du numérique

temps de lectureTemps de lecture 4 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3802

Si le numérique et les réunions en visio ont permis de répondre à l’urgence pendant les confinements, le tout-numérique ne saurait constituer un modèle pour l’avenir, estime l’Observatoire du dialogue social de la Fondation Jean-Jaurès. Il faut construire un nouvel équilibre et trouver de nouvelles modalités de dialogue social, entre présentiel et distanciel.

Par Emmanuelle Pirat— Publié le 07/12/2021 à 13h00 et mis à jour le 07/12/2021 à 13h25

image
© Fondation Jean-Jaurès

Le dialogue social à distance n’a-t-il été qu’un phénomène conjoncturel, rendu nécessaire par la crise sanitaire, ou est-il voué à perdurer ? C’est toute la question que l’Observatoire du dialogue social de la Fondation Jean-Jaurès a cherché à explorer, dans une étude menée au printemps dernier et rendue publique en octobre. Représentants syndicaux et de direction ont ainsi livré leur expérience du « e-dialogue social », le tout complété par le regard de grands témoins (tels l’ancien président de la section sociale du Conseil d’État Jean-Denis Combrexelle ou le secrétaire national CFDT chargé des relations sociales Philippe Portier).

Avantages…

Quels sont les enseignements de cette enquête ? En premier lieu, l’utilité du numérique, qui aura permis une certaine continuité du dialogue social alors que les partenaires sociaux étaient soumis aux mesures de confinement ou reconfinement. « Dans de nombreux cas, le dialogue social, même à distance, a permis de “faire le taf” et de trouver des compromis autour de la santé et sécurité des travailleurs, tout en préservant la capacité économique de l’entreprise », apprécie ainsi Philippe Portier. Le numérique apporte en effet son lot de facilités : les réunions en visio permettent un gain de temps, se révèlent plus faciles à caser dans des emplois du temps souvent surchargés puisqu’elles ne nécessitent plus de partir la veille pour se rendre sur un site éloigné, etc. Et le numérique apparaît plus efficace dans le cadre de certaines réunions : temps de parole plus contraints, moins de théâtralisation de la part de certains protagonistes… « Le distanciel limite les possibilités de débordements », résume un interviewé.

… Et inconvénients

Mais, par bien des aspects, les réunions en visioconférence se révèlent très contraignantes : interactions plus difficiles et plus limitées (la qualité du son peut être moindre, le visage de chaque intervenant n’est visible que si la caméra fonctionne, appréciation difficile des réactions, moindre ressenti du collectif et forte restriction des possibilités de « faire de l’informel »). Il apparaît clairement que la qualité du e-dialogue social dépend de la qualité des relations préexistantes…

Repenser les pratiques

Aucun des acteurs ne semble souhaiter que le dialogue social dématérialisé se substitue totalement aux formes plus classiques des relations sociales. « Les modalités qu’a pu prendre le dialogue social pendant la crise sanitaire lui sont spécifiques. Il sera donc nécessaire d’ouvrir une réflexion dans les entreprises pour déterminer la place que va devoir prendre le dialogue social numérique », pointe l’étude.

À propos de l'auteur

Emmanuelle Pirat
Journaliste

Et Philippe Portier de préciser les écueils à éviter : « Si cela est vu par les directions comme un moyen de plus pour réduire les coûts du dialogue social, gageons que les relations vont se tendre et que, finalement, le résultat sera négatif. Si, au contraire, c’est vu comme une façon différente de travailler avec des temps en distanciel pour certains sujets ou certaines phases de négociation, avec la possibilité d’avoir des réunions plus fréquentes et moins longues, si cela permet que les économies réalisées sur les déplacements puissent être converties en droit syndical pour les instances représentatives du personnel – alors oui, cette évolution pourra être bénéfique. Il faudra pouvoir pratiquer du distanciel à certains moments et du présentiel à d’autres ». Un encouragement à ouvrir le dialogue sur ce sujet…