Signez la pétition “Retraites : non à cette réforme injuste et brutale !” En savoir plus

En Europe, les dividendes versés aux actionnaires augmentent sept fois plus vite que les hausses de salaire

temps de lectureTemps de lecture 3 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3839

Par Guillaume Lefèvre— Publié le 06/09/2022 à 12h00 et mis à jour le 12/09/2022 à 13h00

On dit aux travailleurs qu’il est impossible d’augmenter leurs salaires… tandis que les actionnaires voient leurs dividendes croître fortement.
On dit aux travailleurs qu’il est impossible d’augmenter leurs salaires… tandis que les actionnaires voient leurs dividendes croître fortement.© CES - ETUC

Tandis que l’inflation grignote le pouvoir d’achat des travailleurs européens, les grandes entreprises européennes ont considérablement augmenté les sommes versées à leurs actionnaires en 2022. S’appuyant sur l’indice mondial des dividendes, la Confédération européenne des syndicats (CES) dénonce ce décalage, qu’elle considère comme un « scandale », selon les propos de sa secrétaire générale adjointe, Esther Lynch, qui demande aux gouvernements d’instaurer « une taxe sur les bénéfices excessifs et de veiller à de justes augmentations de salaire pour les travailleurs ». Alors qu’en 2022 la hausse des rémunérations des travailleurs des Vingt-Sept devrait avoisiner 3,8 %, celle des actionnaires atteint 28,7 % – soit un rapport de 1 à 7.

L’inflation atteint 8,9 % au sein de l’UE

Dans le détail, les travailleurs allemands voient leur salaire augmenter de 3,4 % et les actionnaires de 36,3 %. En France, la hausse s’établit à 3,8 % contre 32,7 %. C’est en Italie (3,7 % contre 72,2 %) et surtout en Espagne (3,3 % contre 97,7 %) que ces écarts sont les plus criants. « Ces chiffres seront difficiles à croire pour des millions de travailleurs luttant pour faire face à la crise du coût de la vie. Il est une nouvelle fois clair qu’il existe une règle pour les riches et une autre pour les pauvres », dénonce Esther Lynch.

Tweet de la Confédération européenne des syndicats

Ces données sont par ailleurs à mettre en perspective avec une forte inflation. En effet, sous l’effet de la hausse des prix de l’énergie résultant de la guerre menée par la Russie en Ukraine, l’inflation (en glissement annuel) a atteint 8,9 % en moyenne dans l’UE. « On dit aux travailleurs que ce n’est pas le moment de leur accorder une augmentation salariale alors que les actionnaires sabrent le champagne pour fêter leurs rémunérations allant bien au-delà de l’inflation. C’est une double insulte pour les travailleurs parce que les entreprises ne leur assurent pas un salaire décent et que les salaires existants sont davantage encore dévalués par la hausse de l’inflation. »