SH s’accorde une trêve estivale. En attendant le numéro du mardi 30 août, la rédaction continuera de vous tenir au courant des sujets qui concernent ou impactent les salariés sur le compte Twitter @SH_CFDT. En savoir plus

“Réconcilier l’économie, le social et la planète” abonné

temps de lectureTemps de lecture 3 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3764

Pendant trois jours, le mouvement syndical européen s’est interrogé sur le « nouveau contrat socio-écologique » et les pistes à dégager pour parvenir à une économie bas carbone qui maintienne des emplois de qualité.

Par Didier Blain— Publié le 05/02/2021 à 15h16 et mis à jour le 02/06/2022 à 09h58

Luca Visentini, secrétaire général de la Confédération européenne des syndicats (CES), et Laurent Berger, président de la CES et secrétaire général de la CFDT (photo prise en juin 2016).
Luca Visentini, secrétaire général de la Confédération européenne des syndicats (CES), et Laurent Berger, président de la CES et secrétaire général de la CFDT (photo prise en juin 2016).© Flickr ETUI-DR

Au moment où l’État français vient d’être condamné pour non-respect de ses engagements dans la lutte contre le changement climatique, les conférences organisées conjointement par l’Institut syndical européen (ETUI) et la Confédération européenne des syndicats (CES) sur le thème « Vers un nouveau contrat socio-écologique » tombent à pic. Du 3 au 5 janvier, experts, politiques et syndicalistes se sont penchés sur les évolutions nécessaires de toute la société européenne pour lutter contre le changement climatique. Avec un plateau de choix réunissant Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, Luca Visentini, secrétaire général de la CES, Laurent Berger, président de la CES et secrétaire général de la CFDT, et Philippe Lamberts, député…

Pour continuer de lire cet article, vous devez être abonné.

s'abonner

Déjà abonné ? Connectez-vous