Syndicalisme Hebdo prend ses quartiers d'été jusqu'à la prochaine édition le 31 août. Mais la rédaction reste mobilisée tout l'été sur notre site et sur notre compte Twitter @SH_CFDT.

[Vidéo] Université syndicale d’été : Une farouche volonté de faire vivre la démocratie abonné

Du 27 au 29 août, 230 militants et responsables de la CFDT étaient réunis à Bierville (Essonne) pour l’université syndicale d’été sur le thème de “L’urgence démocratique”.

Par Emmanuelle Pirat— Publié le 09/09/2019 à 09h08

« Je suis d’une génération qui a eu 20 ans au moment de la chute du mur de Berlin. À l’époque, nous pensions que la démocratie n’avait plus d’ennemis, qu’elle s’affirmerait comme régime hégémonique partout dans le monde. » Ainsi témoignait Thierry Pech, directeur du groupe de réflexion Terra Nova, invité de l’Université syndicale d’été (USE). Comprendre les mécanismes qui ont peu à peu fait passer cet espoir au rang d’utopie, définir les moyens d’action face à la crise profonde que traverse la démocratie, tel était le programme des 230 participants à cette USE. Une crise d’autant plus préoccupante qu’elle touche un nombre croissant de pays, même si les réflexions de l’USE se sont principalement focalisées sur la situation française. Les signaux qui illustrent la profondeur de cette remise en cause sont multiples : désaffection pour le politique, abstention, montée des partis populistes mais aussi montées des inégalités… « Le vrai problème de la démocratie, c’est qu’aujourd’hui les plus fragiles en sont exclus. La précarité engendre la désaffection du politique », pointe Nonna Mayer, directrice de recherche au CNRS. Selon le dernier baromètre du Cevipof, 40 % des Français seraient prêts à accepter un régime autoritaire. « Face à cette situation, il y a urgence, a rappelé Alain Chouraqui, fondateur de la Fondation du camp des Milles. L’engrenage qui conduit une démocratie jusqu’au basculement dans un régime qui autorise l’élimination des minorités est clairement à l’œuvre dans notre société. »

Et au sein de l’entreprise ?

Le monde du travail et de l’entreprise n’est pas épargné par la question démocratique. Et la demande de démocratie y est forte, alors même que l’autonomie des salariés se réduit de plus en plus. Comment faire vivre la démocratie dans l’entreprise ? Pour la politologue Isabelle Ferreras, chercheuse associée à…

Pour continuer de lire cet article, vous devez être abonné.

s'abonner

Déjà abonné ? Connectez-vous