Vaccination des soignants : la fédération CFDT de la santé envoie ses propositions à Olivier Véran

temps de lectureTemps de lecture 3 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3786

La CFDT-Santé-Sociaux se dit favorable à la vaccination obligatoire des soignants et demande au ministre (dans un courrier daté du 12 juillet) la mise en place de diverses mesures comme la révision des critères de reconnaissance en maladie professionnelle ou le maintien du salaire en cas d’effets secondaires subis.

Par Guillaume Lefèvre— Publié le 12/07/2021 à 16h07 et mis à jour le 13/07/2021 à 09h57

image
© Côme Sittler/RÉA

« Comme vous le savez, la CFDT soutient cette mesure de santé publique dans la perspective d’une quatrième vague de l’épidémie de Covid-19 », affirme Ève Rescanières, secrétaire générale de la CFDT-Santé-Sociaux. Pour la fédération l’obligation vaccinale des soignants ne fait pas débat, et ce, d’autant plus qu’un certain nombre de vaccins sont déjà obligatoires et indispensables à leur activité (contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, l’hépatite B ou la tuberculose). Elle demande cependant au gouvernement de ne pas nier les inquiétudes des soignants et dit regretter la stigmatisation des professionnels de santé qui, depuis un an et demi, luttent sans relâche contre l’épidémie.

« Pendant des mois, les soignants ont eu l’impression d’être livrés à eux-mêmes, le gouvernement n’a cessé de leur répéter qu’ils pouvaient travailler tout en ayant la Covid. Aujourd’hui, il fait passer le message inverse en pointant leur irresponsabilité consistant à ne pas se faire vacciner, développe Ève Rescanières. Nous faisons face à des remontées de terrain de soignants qui sont mécontents de la mise en place de cette obligation. Ils expriment une défiance envers les institutions et le ministère. Le début de l’épidémie affrontée sans matériel de protection adéquat, les pertes de salaire engendrées par les absences dues au coronavirus, les critères de reconnaissance en maladie professionnelle de cette affection, voilà ce qu’ils avancent pour refuser cette vaccination. »

Se faire vacciner sans être pénalisé

À propos de l'auteur

Guillaume Lefèvre
Journaliste

Face à ce constat, la CFDT-Santé-Sociaux réclame la mise en place de mesures spécifiques. Elle revendique le maintien du salaire en cas d’effets secondaires liés à la vaccination, la suppression du jour de carence et la garantie que le montant de la prime de service ne soit pas diminué. Surtout, elle demande la révision des critères de reconnaissance en maladie professionnelle de la Covid-19. « La vaccination est un enjeu de santé publique, il en va à la fois du bon vouloir des patients et des soignants eux-mêmes. »