Signez la pétition “Retraites : non à cette réforme injuste et brutale !” En savoir plus

Unis et déterminés, les syndicats appellent à la mobilisation le 19 janvier

temps de lectureTemps de lecture 3 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3856

Réunies en intersyndicale dès les annonces gouvernementales portant sur la réforme des retraites, les organisations syndicales ont décidé d’un appel unitaire à la mobilisation le jeudi 19 janvier.

Par Anne-Sophie Balle— Publié le 11/01/2023 à 13h00

image
© Julien de Rosa/AFP

Frapper vite et fort. Ce 10 janvier au soir, à la Bourse du travail de Paris, les leaders syndicaux ont fait bloc. Le ton est solennel et grave, à la hauteur de ce que la situation exige : pas question de laisser passer cette réforme qui va « frapper de plein fouet l’ensemble des travailleurs […], aggraver la précarité et renforcer les inégalités ». En somme, une réforme « injuste et punitive ». Dès les annonces de la Première ministre, les organisations syndicales ont choisi de « construire une réponse commune de mobilisation interprofessionnelle. Celle-ci prendra la forme d’une première journée de grèves et de manifestations le 19 janvier », écrivent-elles dans une déclaration intersyndicale lue par Laurent Berger à l’issue de la rencontre.

 Le choix de la date ne doit rien au hasard : « C’est cette date, syndicale, qui donne le départ d’une puissante mobilisation dans la durée. » Un message adressé aussi aux partis politiques qui chercheraient à phagocyter la mobilisation sociale avec des mobilisations fourre-tout. Le front syndical, lui, se veut un front uni face à « la réforme la plus brutale qu’on ait connue ces trente dernières années », assène Laurent Berger.

Diverses formes de mobilisation

Après des mois de concertation, la bataille se joue désormais dans la rue et les entreprises. Celle-ci prendra diverses formes : grèves, débrayages, manifestations, et pourra varier « selon les réalités des secteurs professionnels et la taille des entreprises », précise Laurent Berger à l’issue de l’intersyndicale. Dans le même temps, une pétition intersyndicale mise en ligne dès le 11 janvier doit venir rappeler, par un nombre massif de signatures, que « ce projet gouvernemental n’a rien d’une nécessité économique et que d’autres solutions de financement [du système de retraites] sont possibles ». Solutions que les organisations syndicales n’ont eu de cesse de proposer, à commencer par l’amélioration de l’emploi des seniors. « Jamais le gouvernement, arc-bouté sur son projet, ne les a étudiées sérieusement », déplorent les organisations syndicales. Elles ont d’ores et déjà décidé de « se réunir le 19 janvier au soir avec les organisations de jeunesse pour prolonger le mouvement de mobilisation et convenir d’autres initiatives ».