SH s’accorde une trêve estivale. En attendant le numéro du mardi 30 août, la rédaction continuera de vous tenir au courant des sujets qui concernent ou impactent les salariés sur le compte Twitter @SH_CFDT. En savoir plus

Sécurité alimentaire : les fédérations CFDT Finances et Agri-Agro interpellent le gouvernement

temps de lectureTemps de lecture 4 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3835

Après l’annonce d’une police unique chargée de la sécurité sanitaire des aliments, la CFDT-Finances et la CFDT-Agri-Agro demandent conjointement à être reçues par leurs ministres de tutelle respectifs afin de parler des conséquences d’une telle décision pour les agents concernés.

Par Nicolas Ballot— Publié le 05/07/2022 à 12h00 et mis à jour le 07/07/2022 à 16h52

Un contrôle de la traçabilité des étiquettes de viandes et de plats stockés en cuisine par des agents de la DGCCRF du Cantal dans un restaurant gastronomique…
Un contrôle de la traçabilité des étiquettes de viandes et de plats stockés en cuisine par des agents de la DGCCRF du Cantal dans un restaurant gastronomique…© Patrick Allard/RÉA

Le 11 mai, entre la présidentielle et les législatives, le Premier ministre rendait son arbitrage sur le transfert de la sécurité sanitaire des aliments de la DGCCRF à la Direction générale de l’Alimentation (DGAL) et la création d’une police unique de la sécurité des aliments. Cette dernière, qui doit entraîner le transfert de 60 ETP (équivalents temps plein), « a surpris […] les organisations syndicales, non concertées en amont, mais également les directeurs et directrices générales chargés de sa mise en œuvre », insistent dans un courrier commun daté du 22 juin les secrétaires généraux de la CFDT-Finances et de la CFDT-Agri-Agro.

Denis Grégoire et Fabien Guimbretière, dans leur lettre commune adressée aux ministres de l’Économie et de l’Agriculture, font part de leurs interrogations face à ce qui ressemble « plus à un coup de communication [qu’à] une réflexion concertée, construite et respectueuse des personnels ».

Opérationnalité au 1er janvier 2023

Les deux fédérations – qui demandent donc à être reçues par leurs ministres de tutelle – veulent être « pleinement associées aux travaux en cours menés au sein des groupes de travail DGAL/DGCCRF ». De même, les secrétaires généraux appellent à « l’ouverture de négociations sur les conditions de transfert des agents qui doivent pouvoir choisir de suivre, ou non, leurs missions transférées au Masa [ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire] ». Il est à noter, comme le précise Denis, que « la CFDT est la seule organisation syndicale qui a fait travailler en commun deux fédérations dans l’intérêt des agents, des missions de l’État et des consommateurs ».

Afin que les agents puissent être opérationnels au 1er janvier, comme le veut le gouvernement, il est impératif que soit mis en place au plus vite « un plan de formation adapté et à la hauteur des enjeux et de la complexité des métiers » et que des « moyens suffisants [lui] soient dédiés ». Et Denis Grégoire avec Fabien Guimbretière de s’adresser ainsi aux deux ministres : « Ces agents, très investis dans leur mission, doivent être au cœur de vos préoccupations pour la réussite de cette réorganisation. »

Premières avancées à Bercy

Le 24 juin, la CFDT Finances a été reçue à Bercy ; de cette rencontre ressortent quelques avancées. Ainsi, l’administration s’est-elle engagée à mettre en place des groupes de travail paritaires et à faire des points réguliers avec les organisations syndicales. Le ministère est par ailleurs disposé à prendre un arrêté de « restructuration » pour les agents concernés par cette réorganisation, et qui leur ouvrira des garanties supplémentaires. Enfin, les transferts d’agents se feront sur la base du volontariat.

Si le calendrier semble se desserrer un peu, 60 autres ETP du périmètre Bercy (hors CCRF) devraient également être transférés à la Direction générale de l’alimentation en 2023. « Or la DGCCRF est déjà à l’os, pointe Denis Grégoire. Au point que, dans certains départements, il devient quasi impossible à ses agents de mener à bien leurs missions (recherche de fraudes, préservation de la sécurité des consommateurs et vérification de la loyauté vis-à-vis des consommateurs). »

Vigilantes, les fédérations CFDT Finances et Agri-Agro continueront de travailler ensemble sur ce dossier.