Renforcer le rôle des élus MSA en matière de prévention

temps de lectureTemps de lecture 4 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3823

Le 27 avril dernier se tenait à Paris la 1re journée thématique organisée par la CFDT Agri-agro pour consolider le rôle des élus administrateurs des caisses de MSA. Elle portait sur la prévention des exclusions. D’autres conférences-débats devraient suivre, pour accompagner les élus tout au long de leur mandat, jusqu’en 2025.

Par Emmanuelle Pirat— Publié le 10/05/2022 à 12h00

Une matinée d’échanges organisée par la CFDT Agri-agro avec la présence de Jocelyne Cabanal (2e intervenante à gauche).
Une matinée d’échanges organisée par la CFDT Agri-agro avec la présence de Jocelyne Cabanal (2e intervenante à gauche).© Syndheb

Elus en 2020, en pleine crise sanitaire, les 174 représentants CFDT administrateurs dans les caisses de MSA (Mutuelle sociale agricole) ont pris leur mandat dans les conditions les plus inconfortables qui soient : réunions en visio-conférence, difficultés à se connaître et donc à travailler ensemble, malgré le souhait de s’impliquer auprès des salariés agricoles… « Il était primordial de créer un moment pour rassembler les troupes, créer du collectif et reposer les bases du rôle des élus CFDT », explique Isabelle Ouedraogo, secrétaire fédérale en charge de la branche des MSA, organisatrice de la journée. Celle-ci n’a rien d’un one shot mais s’inscrit dans le cadre d’un cycle de conférences-débats, qui permettront aux élus d’aborder différents thèmes et de faire un échange d’expériences sur toute la durée du mandat.

Objectif de justice sociale

Pour cette première rencontre, le choix du thème – le rôle des administrateurs dans la prévention des exclusions – est venu naturellement. « Les administrateurs participent à l’élaboration du plan d’action sanitaire et sociale de la caisse de MSA où ils sont élus, argue Isabelle Ouedraogo. Il est donc capital pour eux de défendre des choix dans un objectif de justice sociale tel que nous la portons à la CFDT et ce quelle que soit la catégorie de public : actifs ou retraités, familles ou individus, salariés comme non-salariés ». Dans le cadre de leur mandat, les élus peuvent ainsi pousser des initiatives, des projets ou apporter une vigilance sur certains sujets… et ce n’est pas rien ! La matinée a permis de dresser un panorama large des possibilités d’interventions sociales pour prévenir et lutter contre les exclusions sociales, via un temps d’échange avec Jocelyne Cabanal, secrétaire nationale CFDT en charge de la protection sociale.

Initiatives syndicales

L’après-midi a été consacré à la présentation d’actions concrètes mises en place par différentes caisses de MSA. Ainsi le travail de l’association « Répit Bulle d’air » de la MSA des Alpes du Nord, qui offre aux aidants un répit de quelques heures via l’intervention d’un relai assuré par un professionnel, au domicile même de la personne. « A l’origine, ce sont les délégués MSA qui ont constaté l’épuisement des aidants », explique Isabelle Deronzier, actuelle présidente de l’association créée en 2011 à Chambéry. L’initiative fait florès, puisque désormais 27 départements développent le concept.

En Bretagne, ce sont les caisses du Finistère et des Côtes-d’Armor qui sont à l’origine d’un accompagnement des salariés ayant perdu leur emploi après des restructurations d’entreprises dans l’agro-alimentaire. Comme dans cet abattoir breton, où 800 salariés ont été licenciés en 2013. Enfin, pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Jean-Yves Constantin est venu témoigner de son action en faveur des saisonniers de l’agriculture qui cotissent à la MSA. « Ces salariés sont très et trop souvent oubliés de l’action sociale de la MSA. Ils cotisent pour une durée déterminée, ne sont généralement pas francophones, ne connaissent pas leurs droits… alors on les oublie. Je fonctionne avec des relais sur les territoires et souvent, j’interviens auprès de la caisse de MSA pour débloquer une situation. » Une intervention qui interpelle d’autres participants. « Nous devons travailler, en tant qu’élus, sur le sujet de l’hébergement des salariés de la production agricole notamment et sur le suivi des conditions de travail », note un élu de la MSA Languedoc, où les conditions d’emploi des saisonniers sont similaires. Une journée riche d’échanges, qui aura montré la nécessité de partager et de s’inspirer mutuellement.