Rassemblement en solidarité avec le peuple iranien

temps de lectureTemps de lecture 4 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3846

La CFDT participera le 22 octobre à un rassemblement organisé afin de soutenir les femmes et le peuple iranien, qui, depuis plus d’un mois, se battent pour leurs libertés et contre le pouvoir en place.

Par Guillaume Lefèvre— Publié le 21/10/2022 à 06h43

image
© Francesca Magnani/Redux-RÉA

« Femmes, vie et liberté : soutenons la lutte du peuple d’Iran » : c’est autour de ce slogan que la CFDT s’est jointe à l’appel de Ligue des droits de l’Homme. « C’est l’avenir de l’Iran qui se joue, explique Didier Szliwka, secrétaire confédéral du service international. Cela fait quarante ans que l’Iran et le peuple iranien vivent sous une chappe de plomb. Ce qui se passe actuellement est exceptionnel par son ampleur. » Depuis le 16 septembre et l’assassinat de la jeune Mahsa Amini par la police des mœurs (parce qu’elle ne portait pas son voile selon les règles en vigueur), les Iraniens manifestent à travers tout le pays.

En tête des cortèges, les femmes, les étudiantes et les lycéennes bravent les interdits. Malgré la violente répression – plus d’une centaine de morts et des milliers d’arrestations –, elles revendiquent le droit de disposer librement de leur corps et dénoncent l’oppression patriarcale. Il y a quelques jours, l’athlète iranienne Elnaz Rekabi a été accueillie en héroïne par la foule dès son retour à Téhéran après avoir participé à Séoul, tête découverte, aux championnats asiatiques d’escalade, malgré la très forte présence policière. Tout un symbole.

Les mouvements de grève se multiplient

Depuis un mois, donc, les grèves dites solidaires se multiplient dans l’éducation, la pétrochimie ou encore les transports. « La liberté d’expression et d’habillement, le droit à l’éducation, à l’emploi, au divorce ainsi que le droit de participer à des activités sociales doivent faire pleinement partie des droits de tous et de toutes les habitants et habitantes du pays, ainsi que de tout groupe social », avait d’ailleurs réaffirmé le Syndicat des travailleurs de la compagnie de bus de Téhéran et de sa banlieue (Vahed). « La discrimination structurelle, institutionnalisée et patriarcale à l’égard des filles et des femmes dans le pays doit cesser. »

Un cri relayé par les signataires de l’appel lancé par la Ligue des droits de l’Homme. « Pour dénoncer les violences policières, les arrestations arbitraires, les tortures et l’impunité de ceux qui les commettent. Pour soutenir les droits des femmes et la lutte du peuple d’Iran pour la liberté, soyons nombreuses et nombreux à nous rassembler. » Ce rassemblement aura lieu le samedi 22 octobre à 13 h 30 à Paris, sur l’esplanade des Droits de l’homme, place du Trocadéro. « Fidèles à notre histoire, nous défendons et soutenons les libertés et la démocratie partout dans le monde », conclut Didier Szliwka.