PLFSS 2022 : une meilleure reconnaissance des professionnels du soin et du social

iconeExtrait de l’hebdo n°3793

Par Jocelyne Cabanal— Publié le 05/10/2021 à 12h00 et mis à jour le 08/10/2021 à 04h45

Jocelyne Cabanal, secrétaire nationale
Jocelyne Cabanal, secrétaire nationaleVirginie de Galzain

Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2022 comporte de nombreuses mesures très positives pour les assurés. On peut noter, à titre d’exemples, la meilleure prise en charge de la contraception pour les femmes de moins de 25 ans, la sécurisation du versement des pensions alimentaires ou encore la simplification de l’accès à la complémentaire santé solidaire pour les bénéficiaires du RSA ou du minimum vieillesse (Aspa). Et on peut également évoquer l’élargissement du congé paternité aux professions indépendantes. Cela faisait longtemps que nous n’avions pas constaté autant d’avancées concernant notre système de protection sociale.

Parallèlement à ces mesures qui visent à assurer une meilleure couverture sociale à tous, ce projet de loi se caractérise aussi par les mesures qu’il contient en direction des professionnels du soin et du social. En fixant un prix plancher de 22 euros pour le soin à domicile partout en France, le texte rend possible une meilleure reconnaissance des personnels de ce secteur. De plus, le PLFSS 2022 poursuit la déclinaison du Ségur de la santé et intègre les conclusions de la mission Laforcade pour le secteur médico-social… même s’il reste encore des travailleurs et surtout des travailleuses non couvertes par ces accords. Cela dit, la dynamique est là.

À propos de l'auteur

Jocelyne Cabanal
secrétaire nationale de la CFDT

Autant de raisons qu’a la CFDT de se prononcer favorablement sur ce texte dans toutes les caisses de Sécurité sociale – même si nos craintes quant au niveau d’endettement du système demeurent, tout comme sur ses marges de manœuvre à moyen et long termes, notamment en matière de santé ou branche autonomie. Enfin, la gestion de la dette Covid, attribuée à la protection sociale, reste un problème auquel le gouvernement n’a pas, jusqu’à présent, apporté de solution satisfaisante.