Nouvelle journée mondiale du refus de la misère

temps de lectureTemps de lecture 3 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3845

Le 17 octobre, ATD Quart Monde lançait un appel signé par la CFDT et une quarantaine d’organisations associatives et syndicales.

Par Guillaume Lefèvre— Publié le 15/10/2022 à 06h10 et mis à jour le 18/10/2022 à 09h19

image
© Hélène Perdereau/ATD Quart Monde - DR

Le chiffre n’est pas nouveau mais toujours aussi difficile à admettre : aujourd’hui, 9 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté, dont 3 millions d’enfants. « Neuf millions de personnes qui voient leurs conditions de vie déjà précaires se dégrader face à l’augmentation des prix de l’énergie, de l’alimentation et des loyers », dénonce l’association ATD Quart Monde, qui s’inquiète de la montée des inégalités en France et ailleurs.

Plus d’un Français sur dix…

Rien qu’en France, 13,1 % de la population était en 2019 en situation de privation matérielle et sociale, selon l’Insee. Autrement dit, plus d’un Français sur dix était dans l’incapacité d’acheter des vêtements neufs, de manger à sa faim et de payer ses factures d’énergie. Et alors que l’inflation atteint les 6,6 % et que les prix du gaz et de l’électricité explosent, les inquiétudes grandissent, rappelle ADT Quart Monde.

Pour cette 30e édition de la journée mondiale du refus de la misère, elle signe avec 38 organisations (CFDT, Amnesty International France, Emmaüs, France Terre d’Asile…) un appel à l’engagement. Pour la justice, la paix et la planète, trois thèmes qui ô combien résonnent dans nos sociétés ces derniers mois. « Le combat contre la pauvreté nous concerne toutes et tous [et] nous rappelle également que seul un monde libéré de la pauvreté permettra la construction de sociétés pacifiques, démocratiques, inclusives et respectueuses de l’environnement », déclarent les signataires.

Un enjeu démocratique

Ces revendications, la CFDT les portent déjà pleinement dans le Pacte du pouvoir de vivre à travers des propositions visant à favoriser l’accès à un logement décent, à un travail de qualité, à des soins de qualité et à une nourriture saine. « Pour la CFDT, la lutte contre la pauvreté a toujours été une priorité, un enjeu démocratique, l’une des conditions de la réussite d’une transition juste », rappelle Chantal Richard, secrétaire confédérale du service emploi et sécurisation des parcours professionnels. Les adhérents et militants sont invités à se joindre aux différentes initiatives organisées dans les territoires.