Syndicalisme Hebdo prend ses quartiers d'été jusqu'à la prochaine édition le 31 août. Mais la rédaction reste mobilisée tout l'été sur notre site et sur notre compte Twitter @SH_CFDT.

Lutte contre la pauvreté : Et maintenant, les actes ? abonné

Il y a tout juste un an, Emmanuel Macron lançait sa stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté. Revenu universel d’activité, service public de l’insertion, insertion par l’activité économique… : où en sont les principales mesures ?

Par Guillaume Lefèvre— Publié le 18/09/2019 à 13h00

image

« Éradiquer la grande pauvreté dans notre pays. » Le 13 septembre 2018, le Président affichait sa détermination devant un parterre de partenaires sociaux et associatifs, annonçant 21 mesures en faveur de l’insertion, de l’emploi, de la santé ou de l’école, assorties d’une enveloppe de 8 milliards d’euros sur quatre ans. Une réponse à l’urgence, estimait la CFDT. « Notre implication au côté des associations pour la mise en œuvre d’une politique sociale en direction des personnes les plus fragiles avait notamment permis de mettre la question de la pauvreté au centre du débat public et de pointer une triste réalité », rappelle Marylise Léon, secrétaire générale adjointe de la CFDT. Et la réalité est brutale : la France compte 9 millions de personnes sous le seuil de pauvreté, dont 3 millions d’enfants. Six générations sont désormais nécessaires pour que les descendants d’un Français issu d’une famille pauvre accèdent à la classe moyenne.


Minima sociaux et pauvreté : de quoi parle-t-on ?

Revenu de solidarité active (RSA), allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa), allocation aux adultes handicapés (AAH), allocation de solidarité spécifique (ASS), allocation supplémentaire d’invalidité (ASI)… Fin 2017, 4,22 millions de personnes étaient allocataires d’un minimum social, affirme la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Dress) dans son rapport Minima sociaux et prestations sociales, publié le 6 septembre. À ce nombre viennent s’ajouter les 2,8 millions de personnes supplémentaires couvertes par les aides (conjoint, enfant à charge…).

Au total, les prestations versées (26,5 milliards d’euros) permettent à leurs bénéficiaires d’obtenir une hausse moyenne de ces ressources de 345 euros par mois. Malgré cela, le taux de pauvreté atteint encore 14 % en France. Sans cette solidarité, il s’établirait à 22 %. L’étude rappelle que « 8,8 millions de personnes sont pauvres monétairement au sens statistique du terme. Cela signifie que leur niveau de vie est inférieur à 60 % du niveau de vie médian, soit 1 026 euros par mois ». De son côté, l’Insee rappelle que 7,1 % des salariés sont pauvres et que quatre chômeurs sur dix vivent en deçà du seuil de pauvreté.

Où en est-on de la mise en œuvre de ce plan ? « Si la stratégie était ambitieuse, elle est pour le moment très loin d’être effective. Il y a encore beaucoup de sujets à aborder. Et beaucoup de questions complexes à traiter… », poursuit Marylise Léon. Face à la presse, Olivier Noblecourt, le délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté, a reconnu à demi-mot que la mise en œuvre de la stratégie n’en était qu’à ses balbutiements. « Nous n’avons pas tout réglé. C’est imparfait, c’est insuffisant, mais on commence à avoir du concret. » Avant d’égrener un premier bilan des actions menées, « 104 crèches à vocation d’insertion professionnelle ont déjà été labellisées, l’obligation de formation jusqu’à 18 ans sera effective en septembre 2020 et l’objectif de 100 000 jeunes entrés en garantie jeunes sera atteint à la fin de l’année… ».

Deux concertations lancées

Mais pour l’heure, le seul élément tangible à ce stade reste la concertation sur le revenu universel d’activité (RUA)        ouverte en juin dernier.…

Pour continuer de lire cet article, vous devez être abonné.

s'abonner

Déjà abonné ? Connectez-vous