Syndicalisme Hebdo prend ses quartiers d'été jusqu'à la prochaine édition le 31 août. Mais la rédaction reste mobilisée tout l'été sur notre site et sur notre compte Twitter @SH_CFDT.

L’impact dévastateur de la Covid sur l’emploi mondial se poursuit

temps de lectureTemps de lecture 3 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3782

Dans son dernier rapport sur le marché mondial du travail en temps de pandémie, l’OIT dresse un tableau inquiétant de la montée du sous-emploi et de la pauvreté, malgré les premiers signes de reprise.

Par Marie-Nadine Eltchaninoff— Publié le 15/06/2021 à 12h05

Guy Ryder, directeur général de l’OIT.
Guy Ryder, directeur général de l’OIT.© Flickr ILO.org

L’Organisation internationale du travail poursuit son analyse de l’impact de la pandémie sur le marché de l’emploi mondial. Si l’OIT annonçait dans son précédent rapport la disparition de l’équivalent de 255 millions d’emplois à temps plein en 2020, due à la chute du nombre d’heures travaillées et à « l’évaporation de bons emplois », les données récemment publiées portant sur les six premiers mois de l’année 2021 n’incitent guère à l’optimisme.

« Les vagues récurrentes de la pandémie ont maintenu les pertes d’heures de travail à un niveau élevé en 2021, entraînant un déficit du nombre total d’heures de travail de 4,8 % au premier trimestre, qui se réduit légèrement à 4,4 % au deuxième trimestre », indique l’OIT. Soit la disparition de l’équivalent de 140 millions d’emplois à temps plein au premier trimestre, puis de 127 millions d’ETP au deuxième trimestre.

Cinq années de progrès pour éradiquer la pauvreté réduites à néant

Cette dégradation du marché du travail se traduit par une aggravation de la pauvreté dans le monde. Par rapport à 2019, 108 millions de travailleurs supplémentaires doivent vivre et faire vivre leur famille avec moins de 3,20 dollars par jour. « Cinq années de progrès pour éradiquer la pauvreté ont été réduites à néant. » Les femmes ayant massivement quitté le marché du travail pour s’occuper des enfants, même dans les pays riches, l’OIT craint en outre « une re-traditionnalisation » des rôles en fonction du genre.

À propos de l'auteur

Marie-Nadine Eltchaninoff
Journaliste

Inutile d’espérer un retour au niveau d’emploi antérieur à la crise sanitaire avant… 2023. « Un processus de reprise économique inégale à l’échelle mondiale pourrait s’amorcer à partir du second semestre 2021, grâce aux progrès de la vaccination et aux dépenses budgétaires à grande échelle », observe l’OIT, mais ces effets resteront « limités géographiquement sans une action politique internationale concertée portant à la fois sur la distribution des vaccins et sur le soutien budgétaire, y compris par l’allègement de la dette ».