Les pratiques du dialogue social environnemental en entreprise passées au crible

temps de lectureTemps de lecture 3 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3841

Par Anne-Sophie Balle— Publié le 20/09/2022 à 12h00

image
© DR

Alors que les partenaires sociaux viennent d’entrer dans le vif de la concertation sur la transition écologique, la CFDT invite ses élus et mandatés à s’interroger sur le lien entre dialogue social et transition écologique dans leur entreprise. Commandée à l’Institut de recherches économiques et sociales (Ires), l’étude intitulée « Quelles pratiques pour le dialogue social sur la question de la transition écologique ? » prend la forme d’un court questionnaire ouvert du 20 septembre au 20 octobre.

En identifiant les obstacles d’un dialogue social environnemental effectif ou les leviers possibles pour une transition écologique juste, l’étude permet aux élus d’explorer la manière dont les employeurs, mais aussi les représentants des travailleurs, prennent en compte les enjeux de la transition écologique et leurs conséquences sur l’entreprise, l’activité et l’emploi. « Le sujet fait partie des nouvelles prérogatives des CSE depuis la loi climat et résilience d’août 2021. Mais, dans les faits, il reste trop souvent absent du dialogue social au sein des entreprises et administrations », résume la CFDT.

Identifier les besoins de formation

Récemment, la guerre en Ukraine et la crise de l’énergie ont encore renforcé l’urgence de prendre ce sujet à bras-le-corps. Et tandis que les entreprises sont appelées à élaborer leur plan de sobriété au plus vite, la CFDT souhaite que ceux-ci soient discutés dans le cadre du dialogue social. « Le but de cette étude est de faire un état des lieux de l’existant pour en tirer quelques pratiques. » À noter que le questionnaire comporte en outre une question relative aux besoins de formation, qu’il s’agisse des prérogatives environnementales des CSE, de l’accompagnement à la négociation portant une dimension environnementale ou des activités sociales et culturelles « écoresponsables ».