Le développement au cœur de l’action

temps de lectureTemps de lecture 5 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3782

Malgré la crise sanitaire, l’équipe CFDT de la caisse régionale du Crédit Agricole du Languedoc a réalisé un excellent développement. Le résultat d’une méthode structurée de communication et de proposition de l’adhésion. Rencontre.

Par Emmanuelle Pirat— Publié le 15/06/2021 à 12h05

image
© DR

« Dilettante » ou « à peu près » ne font pas partie du vocabulaire de l’équipe CFDT de la caisse régionale du Crédit Agricole du Languedoc. C’est au contraire une démarche pensée et structurée que les militants déploient depuis plusieurs années, et qui explique les très bons chiffres de développement réalisés malgré la crise sanitaire : « Plus de 30 adhésions depuis décembre 2020 ! », note Jérôme Vignes, délégué syndical élu au comité social et économique (CSE). Sur les 2 600 salariés des sites et des agences réparties dans les quatre départements de l’Aude, du Gard, de l’Hérault et de la Lozère, la CFDT compte désormais plus de 500 adhérents. « On a fêté notre 500e adhérent avec Laurent Berger en avril 2016 », se souvient avec émotion Pascal Fesquet, délégué syndical et secrétaire du comité d’entreprise européen du groupe Crédit Agricole.

Pourtant, depuis des mois, les traditionnelles visites d’agence (une vingtaine par mois), effectuées en binôme pour rencontrer les salariés, n’ont plus lieu ; stoppées net à cause de la pandémie. Alors, comment l’équipe a-t-elle fait pour poursuivre son développement ? L’implantation solide de la CFDT dans le paysage syndical de l’entreprise, malgré une très rude concurrence (la CFDT a obtenu 46,23 % des voix aux dernières élections, en novembre 2019), y est sans doute pour beaucoup.

“Nous avons tissé des liens forts avec les salariés grâce à nos visites d’agence, bien sûr, mais aussi grâce à une communication régulière et multicanal.”

Jean-Luc Baniol, délégué syndical et secrétaire du CSE

1. Des mails évidemment envoyés aux salariés ayant donné leur accord pour recevoir des informations de la part de la CFDT…

« Nous avons tissé des liens forts avec les salariés grâce à nos visites d’agence, bien sûr, mais aussi grâce à une communication régulière et multicanal », explique Jean-Luc Baniol, délégué syndical, secrétaire du CSE et depuis longtemps gestionnaire du blog de la section. Au fil des années, l’équipe syndicale a pu nourrir une base de données de contacts de personnes avec qui elle communique chaque semaine par mail1. Pendant le confinement, l’équipe a aussi régulièrement contacté les salariés pour des « appels de courtoisie », histoire de prendre des nouvelles.

Action ciblée en direction des sympathisants

Surtout, depuis des années, l’équipe syndicale s’est attachée à différencier ses communications en fonction des publics : militants, adhérents ou sympathisants. Ces derniers font d’ailleurs l’objet d’une attention particulière et d’un travail spécifique pour « transformer ces sympathisants en adhérents. Au sein de la section, nous avons une personne qui consacre une journée par semaine au développement de ces contacts », indique Pascal Fesquet. « Quand on a identifié des salariés “chauds bouillants” pour adhérer, on ne les laisse pas passer. On revient à la charge », sourit Jérôme Vignes.

La section a d’ailleurs suivi une formation de deux jours, construite sur mesure, autour de cet objectif précis. « On voulait travailler spécifiquement cette séquence où on propose l’adhésion, avec des jeux de rôles, des mises en situation… », commente Jérôme. C’est aussi désormais auprès des nouveaux embauchés que la section se tourne, afin de nouer un contact dès leur arrivée dans l’entreprise, faciliter leur insertion professionnelle et personnelle et « les faire entrer dans le premier cercle des sympathisants », note Jean-Luc.

Une valorisation des acquis

Lorsqu’ils vont au-devant des salariés, les militants n’arrivent pas les mains vides, ayant appris à valoriser leurs acquis. Ainsi, il y a deux mois, la direction a (enfin !) accédé aux revendications de la CFDT concernant les conseillers en clientèle dédiés aux professionnels. « Il était nécessaire de revaloriser leur métier, de reconnaître leurs compétences car, depuis plusieurs années, ce métier s’est complexifié, les conseillers ont affaire à des clients plus exigeants, aux demandes et besoins compliqués », explique Pascal.

À propos de l'auteur

Emmanuelle Pirat
Journaliste

Après de longues tractations, la CFDT a obtenu une hausse des rémunérations, une augmentation du niveau d’emploi et un accès au forfait jours. Autant d’acquis communiqués et valorisés auprès des salariés. « C’est important de dire ce que l’on fait pour gagner en légitimité et ainsi proposer plus facilement l’adhésion », souligne Jérôme. Prochaine étape dans la structuration de la section : la mise en place d’un réseau de correspondants CFDT au sein des agences. Parce que la dynamique équipe CFDT ne veut pas se reposer sur ses acquis mais continuer à progresser !