La CFDT veille à l’exemplarité sociale et environnementale de Paris 2024

temps de lectureTemps de lecture 4 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3817

À bientôt deux ans du coup d’envoi des Jeux olympiques et paralympiques (JOP), une réunion du comité de suivi de la charte sociale a réuni les responsables des cinq organisations syndicales et des trois organisations patronales représentatives autour du comité d’organisation des Jeux. L’occasion de s’assurer que les ambitions sociales et environnementales sont respectées.

Par Guillaume Lefèvre— Publié le 29/03/2022 à 12h00

image
© DR

« Nous voulons proposer des Jeux qui soient populaires et spectaculaires. Nous voulons des Jeux qui soient également exemplaires au niveau social, clame Tony Estanguet, président de Paris 2024. C’est le moment de démontrer que le sport et les Jeux sont à la croisée des enjeux de société, que ce soit en termes de santé, d’éducation, d’inclusion ou d’emploi. » Telles sont précisément les ambitions de la charte sociale Paris 2024, dont la CFDT est signataire aux côtés de la CGT, de FO, de la CFTC et de la CFE-CGC pour les organisations syndicales ; du Medef, de l’U2P et de la CPME côté patronal. « Ce n’est pas une banalité dans la vie économique et sociale de notre pays », glisse Bernard Thibault, représentant des organisations syndicales au conseil d’administration de Paris 2024.

Cette charte à vocation « à laisser un héritage social fort […] dans une démarche de développement durable ». Les orientations de la charte prévoient notamment de favoriser l’insertion par l’activité économique, de confier une part des commandes publiques à des acteurs de l’économie sociale et solidaire ou encore de privilégier l’emploi local. Depuis les débuts des chantiers, ce sont par exemple plus de 600 000 heures qui ont été effectuées par 1 058 personnes éloignées de l’emploi. Des initiatives sont aussi engagées en vue de veiller à la neutralité carbone de l’évènement ou afin de faire vivre le tissu économique local. « Les 13 millions de repas qui seront servis pendant les jeux devront allier gastronomie et savoir-faire local », précise Tony Estanguet.

Les syndicats acteurs des Jeux, une première dans l’histoire

C’est la première fois de l’histoire des Jeux que les partenaires sociaux sont associés au processus d’organisation. « Il est primordial d’avoir des Jeux responsables, qui mettent l’humain, les sujets sociaux et environnementaux au cœur du projet et laissent une empreinte positive. Cette méthodologie doit être duplicable, insiste Laurent Berger. C’est indigne de voir des évènements comme la Coupe du monde de football 2022 au Qatar ; c’est est un scandale et une véritable catastrophe humaine ! » De fait, Amnesty International estime que 7 000 travailleurs sont décédés sur les différents chantiers qataris.

À propos de l'auteur

Guillaume Lefèvre
Journaliste

« En lien avec nos fédérations et nos unions régionales, nous entendons faire remonter les difficultés, dans l’objectif de trouver ensemble des solutions, poursuit Laurent Berger. Nous nous félicitons que cette charte ne soit pas restée lettre morte, et que les partenaires sociaux soient associés à la co-construction de l’évènement. » Signe que le modèle séduit, les syndicalistes américains se sont rapprochés de leurs homologues français en vue de la préparation de la Coupe du monde de 2026 (qui sera accueillie aux États-Unis, au Canada et au Mexique) et des Jeux olympiques d’été de Los Angeles, en 2028.