La CFDT-Fonctions publiques demande l’ouverture d’une négociation sur les contractuels

temps de lectureTemps de lecture 2 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3784

Dans un courrier daté du 16 juin et adressé à la ministre de la Fonction publique, Amélie de Montchalin, la CFDT-Fonctions publiques demande que tous les sujets relatifs aux parcours professionnels, au pouvoir d’achat et aux conditions de travail des contractuels puissent être abordés.

Par Guillaume Lefèvre— Publié le 29/06/2021 à 10h00

image
© Côme Sittler/RÉA

En 2019, le nombre de contractuels a augmenté de 5,2 % (+55 600). D’après le rapport annuel sur l’état de la fonction publique, ils représentent 17,8 % des agents dans la fonction publique de l’État (FPE), 20,3 % dans la fonction publique hospitalière (FPH) et 20,4 % dans la fonction publique territoriale (FPT). « Une négociation sur les contractuels est aujourd’hui indispensable », martèle Mylène Jacquot, secrétaire générale de la CFDT-Fonctions publiques.

Enrichir et améliorer les droits des contractuels

À propos de l'auteur

Guillaume Lefèvre
Journaliste

« Les droits actuels des contractuels de droit public peuvent et doivent encore être enrichis et améliorés : recrutement, parcours professionnels, formation, protection sociale. » Dans cette optique, la CFDT revendique que les contractuels soient considérés comme des membres à part entière des collectifs de travail. Et demande que les employeurs publics respectent leurs agents qui comptent parmi les personnels les plus précaires, le plus souvent des femmes (63,1 % des contractuels sont des femmes dans la FPE, 66,6 % dans la FPT et 78,7 % dans la FPH), de surcroît à temps partiel. « Une négociation scellée par un accord majoritaire permettrait, en somme, de traiter l’ensemble des sujets qui impactent au quotidien les agents contractuels. Deux sont particulièrement urgents : un accès facilité au CDI et à l’emploi titulaire, pour davantage de sécurité, et la définition de mécanismes d’évolution des rémunérations. »