Syndicalisme Hebdo prend ses quartiers d'été jusqu'à la prochaine édition le 31 août. Mais la rédaction reste mobilisée tout l'été sur notre site et sur notre compte Twitter @SH_CFDT.

Formation des chômeurs : Des craintes liées à une trop large expérimentation abonné

Huit régions ont été retenues pour une expérimentation sur le pilotage de l’action de Pôle emploi en matière de formation professionnelle.

Par Anne-Sophie Balle— Publié le 12/02/2020 à 13h32 et mis à jour le 14/01/2021 à 13h59

De quoi s’agit-il ? Interpellé au congrès 2019 des régions de France sur le pilotage des politiques de l’emploi, Édouard Philippe avait proposé à trois régions volontaires d’expérimenter la mise en place d’une « instance de gouvernance » de l’emploi, présidée par le conseil régional et associant directions régionales de Pôle emploi et représentants des partenaires sociaux. À l’époque, la CFDT avait regretté une annonce lancée sans réelle explication sur ce nouveau rôle des régions. « La lutte contre le chômage est une cause nationale qui rend absolument nécessaire l’existence d’un opérateur national comme Pôle emploi. »

Vers une régionalisation de Pôle emploi ?

Le dossier, confié à la ministre du Travail, pose de nombreuses questions. « Avec non plus trois mais huit régions sur treize retenues, on dépasse largement le cadre de l’expérimentation », résume Patricia Ferrand, responsable du service Emploi de la Confédération. Et si des expérimentations territoriales figurent bien dans la convention tripartite État-Unédic-Pôle emploi 2019-2022, avec l’objectif d’une meilleure coordination des acteurs pour répondre aux besoins de formation, « il est clairement spécifié qu’elles devront faire l’objet d’une évaluation présentée au conseil…

Pour continuer de lire cet article, vous devez être abonné.

s'abonner

Déjà abonné ? Connectez-vous