Après la crise sanitaire, le grand écart entre les pays développés et les autres

temps de lectureTemps de lecture 3 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3797

Le tout dernier rapport de l’OIT souligne la faiblesse de la reprise de l’emploi à l’échelle mondiale et appelle à la solidarité internationale envers les pays en développement.

Par Marie-Nadine Eltchaninoff— Publié le 02/11/2021 à 13h00

image
© Xu Congjun/Sipa Asia/Zuma Press/Zuma/RÉA

Malgré une reprise économique mondiale, le marché de l’emploi peine à reprendre des couleurs. « Au niveau mondial, la reprise sur le marché du travail suite aux bouleversements suscités par la pandémie reste stagnante en 2021 », indique l’Organisation internationale du travail (OIT) dans la dernière édition de son rapport relatif à l’impact de la Covid sur le marché de l’emploi mondial, publiée le 27 octobre. En 2021, la perte du nombre d’heures de travail devrait se chiffrer à 4,3 %, c’est-à-dire 125 millions d’emplois à temps plein en moins, et rester en dessous du niveau atteint en 2019.

Cette photographie d’ensemble « masque de grands écarts entre les pays », souligne l’OIT, les pays développés laissant loin derrière eux les pays à revenu intermédiaire inférieur et les pays à faible revenu, qui continuent de subir de lourdes pertes.

La vaccination favorise la reprise économique

Parmi les facteurs d’inégalité, la vaccination. Les pays dont la couverture vaccinale est la plus élevée bénéficient d’une reprise plus forte et plus rapide, constate l’OIT. « Pour quatorze personnes entièrement vaccinées au deuxième trimestre 2021, c’est l’équivalent d’un emploi à temps plein qui a été ajouté au marché du travail dans le monde. » A contrario, un déploiement trop lent de la vaccination dans les pays en développement ne peut que ralentir la dynamique.

À propos de l'auteur

Marie-Nadine Eltchaninoff
Journaliste

Les aides des États jouent également un rôle crucial dans la sortie de crise. Or 86 % des mesures de relance budgétaire se concentrent dans les pays à revenu élevé. « Une action au niveau international, comprenant un soutien financier et technique, représente la clé pour une reprise centrée sur l’humain », conclut l’OIT.