À Melbourne, Laurent Berger appelle à l’unité syndicale pour une transition juste

temps de lectureTemps de lecture 3 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3850

Le 18 novembre, Laurent Berger est intervenu au congrès de la Confédération syndicale internationale (CSI). Devant les 130 délégations syndicales présentes, il a rappelé la nécessité d’un mouvement syndical mondial uni pour relever les défis sociaux, économiques, démocratiques et écologiques.

Par Guillaume Lefèvre— Publié le 18/11/2022 à 09h45

image
© DR

Changement climatique, pandémie, guerre en Ukraine, crise énergétique, difficultés d’approvisionnement en céréales, montée des populismes… : partout, ces évènements et leurs conséquences viennent révéler les limites de nos modèles économiques et les effets d’une mondialisation sans discernement. « Le monde ne peut plus ignorer l’injustice du modèle économique dominant et l’impact de notre activité sur la planète, a dit le secrétaire général de la CFDT aux mille syndicalistes présents à Melbourne. L’ère de la seule recherche de profits et de l’exploitation irréfléchie des richesses naturelles et des égoïsmes nationaux est révolue ! »

Pour une répartition équitable du poids des mutations

Aussi, le président de la Confédération européenne des syndicats (CES) formule plusieurs propositions : une réorientation des ressources financières publiques et privées en faveur des investissements indispensables mais également une répartition équitable du poids des mutations. Et qui dit équitable dit partagée par les citoyens, les travailleurs, les consommateurs, les entreprises et les investisseurs. Enfin, mesure d’importance selon la CFDT, la réhabilitation de l’action publique et de l’impôt constituent un outil essentiel pour obtenir plus de justice sociale. « Nous devons réinventer nos modèles économiques en remettant l’humain au centre, et la durabilité comme impératif. Des modèles plus respectueux des travailleurs et porteurs de progrès sociaux… car il n’y a pas d’alternative acceptable. »

Indispensable lutte contre les populismes et l’extrême droite

Laurent Berger a également profité de la tribune que lui a offerte le cinquième congrès de la CSI pour rappeler les menaces qui pèsent sur le droit des travailleuses et des travailleurs dans le monde, particulièrement dans les pays où les populistes et les droites extrêmes s’imposent. « Partout où ils gouvernent, les droits reculent, ceux des travailleurs, des femmes, des migrants ou des minorités. Lutter contre eux, contre leurs discours et leurs projets de société doit être au cœur de notre combat syndical. Permettez-moi d’avoir une pensée pour celles et ceux qui sont aujourd’hui en prison [à cause de] leur engagement syndical au Bélarus, en Iran, au Myanmar, à Hongkong, en Turquie et ailleurs dans le monde. »