Une logistique qui sauve des vies

image
© Cyril Entzmann

iconeExtrait du magazine n°487

Près de 3 millions de dons de sang sont collectés chaque année par l’Établissement français du sang (EFS), grâce à la générosité d’environ 1,6 million de donneurs.

Par Emilie Gillet— Publié le 28/10/2022 à 09h00

Manque de personnels, précarité, conditions de travail dégradées… : la CFDT, première organisation avec 49,75 % des suffrages aux dernières élections, alerte et agit pour préserver la pérennité de ce service public essentiel.

Les dons, qui reposent sur les principes d’anonymat et de bénévolat, permettent à notre pays d’être autosuffisant en globules rouges, en plaquettes et en plasma. Ces produits sanguins destinés à être transfusés sauvent la vie de plus de 520 000 patients par an, grâce à une logistique minutieusement orchestrée. Tout doit aller très vite. La durée de vie les plaquettes n’est que de sept jours à 20-24 °C, et quarante-deux jours à 4 °C pour les globules rouges. Pour autant, pas question de déroger aux protocoles et normes de sécurité très strictes, à chaque étape. L’objectif est partout le même : garantir la sécurité des donneurs et des receveurs.

Comment se passe un don de sang ? Quel parcours suit une poche de sang ? Comment les différents produits sont-ils préparés et distribués ? Reportage à l’Établissement français du sang Bretagne, à Rennes.

On peut donner son sang dans une Maison du don ou lors d’une collecte mobile. Cela commence toujours par la vérification de l’identité du donneur, un questionnaire et un entretien médical pour écarter toute contre-indication.
On peut donner son sang dans une Maison du don ou lors d’une collecte mobile. Cela commence toujours par la vérification de l’identité du donneur, un questionnaire et un entretien médical pour écarter toute contre-indication.© Cyril Entzmann
Toute personne de 18 à 70 ans et plus de 50 kg peut a priori donner son sang, jusqu’à six fois par an pour un homme et quatre fois par an pour une femme. Chaque jour, 10 000 dons sont nécessaires pour répondre aux besoins.
Toute personne de 18 à 70 ans et plus de 50 kg peut a priori donner son sang, jusqu’à six fois par an pour un homme et quatre fois par an pour une femme. Chaque jour, 10 000 dons sont nécessaires pour répondre aux besoins.© Cyril Entzmann
Dix minutes suffisent pour prélever une poche de 420 à 480 ml. Plus quelques tubes de sang qui seront envoyés au service de qualification biologique des dons. Il les testera en moins de 24 heures pour s’assurer qu’il n’y a aucune anomalie ni agent pathogène.
Dix minutes suffisent pour prélever une poche de 420 à 480 ml. Plus quelques tubes de sang qui seront envoyés au service de qualification biologique des dons. Il les testera en moins de 24 heures pour s’assurer qu’il n’y a aucune anomalie ni agent pathogène.© Cyril Entzmann
image
© Cyril Entzmann
Isabelle, 41 ans, est infirmière de prélèvement depuis quelques mois. « Avant, je travaillais dans un service de réanimation et je réalisais beaucoup de transfusions. Ici, je continue à sauver des vies, mais je suis de l’autre côté de la barrière ! »
Isabelle, 41 ans, est infirmière de prélèvement depuis quelques mois. « Avant, je travaillais dans un service de réanimation et je réalisais beaucoup de transfusions. Ici, je continue à sauver des vies, mais je suis de l’autre côté de la barrière ! »© Cyril Entzmann
Après le don, les donneurs reçoivent une collation. L’occasion pour eux de reprendre des forces et s’hydrater. Un temps qui permet aussi à l’équipe de garder un œil sur eux pour s’assurer que tout va bien.
Après le don, les donneurs reçoivent une collation. L’occasion pour eux de reprendre des forces et s’hydrater. Un temps qui permet aussi à l’équipe de garder un œil sur eux pour s’assurer que tout va bien.© Cyril Entzmann
Grâce à une collecte organisée par leur entreprise et l’EFS, et la mise en place d’une navette spécialement affrétée, ces salariés du Crédit Mutuel Arkéa sont venus donner leur sang sur leur temps de travail.
Grâce à une collecte organisée par leur entreprise et l’EFS, et la mise en place d’une navette spécialement affrétée, ces salariés du Crédit Mutuel Arkéa sont venus donner leur sang sur leur temps de travail.© Cyril Entzmann
Le service de préparation des produits sanguins de Rennes traite chaque jour de 500 à 600 poches de sang collectées dans toute la Bretagne. Trente personnes s’y relaient six jours par semaine, de 7 heures à 20 h 30.
Le service de préparation des produits sanguins de Rennes traite chaque jour de 500 à 600 poches de sang collectées dans toute la Bretagne. Trente personnes s’y relaient six jours par semaine, de 7 heures à 20 h 30.© Cyril Entzmann
L’architecture et les équipements de ces nouveaux locaux, inaugurés en 2022, ont été pensés pour et avec le personnel. Objectifs : optimiser les déplacements et réduire le risque de troubles musculosquelettiques.
L’architecture et les équipements de ces nouveaux locaux, inaugurés en 2022, ont été pensés pour et avec le personnel. Objectifs : optimiser les déplacements et réduire le risque de troubles musculosquelettiques.© Cyril Entzmann
Les poches de sang sont d’abord filtrées pour être débarrassées de leurs globules blancs, puis passées en centrifugeuse pour dissocier les différents composants sanguins.
Les poches de sang sont d’abord filtrées pour être débarrassées de leurs globules blancs, puis passées en centrifugeuse pour dissocier les différents composants sanguins.© Cyril Entzmann
Philippe, 31 ans, est préparateur depuis quatre ans. « Pour éviter la monotonie et les gestes répétitifs, on tourne sur les différents postes du service. C’est un travail en équipe qui me plaît assez. »
Philippe, 31 ans, est préparateur depuis quatre ans. « Pour éviter la monotonie et les gestes répétitifs, on tourne sur les différents postes du service. C’est un travail en équipe qui me plaît assez. »© Cyril Entzmann
Une machine permet de séparer les globules rouges, les plaquettes et le plasma. Chacun dans une nouvelle poche, ils seront conservés à des températures et pour des durées différentes.
Une machine permet de séparer les globules rouges, les plaquettes et le plasma. Chacun dans une nouvelle poche, ils seront conservés à des températures et pour des durées différentes.© Cyril Entzmann
Une machine permet de séparer les globules rouges, les plaquettes et le plasma. Chacun dans une nouvelle poche, ils seront conservés à des températures et pour des durées différentes.
Une machine permet de séparer les globules rouges, les plaquettes et le plasma. Chacun dans une nouvelle poche, ils seront conservés à des températures et pour des durées différentes. © Cyril Entzmann
Sébastien, 46 ans, est responsable du service préparation depuis 2007. « Avec toute l’équipe, nous avons récemment repensé les horaires de travail pour mieux concilier vie privée et vie professionnelle. Nous avons réussi sans mettre en péril la sécurité de notre activité. »
Sébastien, 46 ans, est responsable du service préparation depuis 2007. « Avec toute l’équipe, nous avons récemment repensé les horaires de travail pour mieux concilier vie privée et vie professionnelle. Nous avons réussi sans mettre en péril la sécurité de notre activité. »© Cyril Entzmann
24 heures sur 24 et sept jours sur sept, une quinzaine de personnes se relaient au service de distribution et délivrance pour répartir les produits sanguins préparés à Rennes, en fonction des besoins de la Bretagne et des autres régions.
24 heures sur 24 et sept jours sur sept, une quinzaine de personnes se relaient au service de distribution et délivrance pour répartir les produits sanguins préparés à Rennes, en fonction des besoins de la Bretagne et des autres régions.© Cyril Entzmann
La délivrance consiste à préparer des produits sanguins pour un patient donné, selon une prescription médicale adressée par un hôpital. Lorsqu’il y a urgence vitale, ces produits sont livrés en moins de trente minutes.
La délivrance consiste à préparer des produits sanguins pour un patient donné, selon une prescription médicale adressée par un hôpital. Lorsqu’il y a urgence vitale, ces produits sont livrés en moins de trente minutes.© Cyril Entzmann
Anne-Laure, 40 ans, au service de distribution et délivrance depuis dix-neuf ans. « C’est tout sauf monotone, on ne sait jamais à l’avance si la charge de travail va être importante ou non ! Lorsque je prépare des produits pour un patient précis, j’ai vraiment l’impression d’être utile. »
Anne-Laure, 40 ans, au service de distribution et délivrance depuis dix-neuf ans. « C’est tout sauf monotone, on ne sait jamais à l’avance si la charge de travail va être importante ou non ! Lorsque je prépare des produits pour un patient précis, j’ai vraiment l’impression d’être utile. »© Cyril Entzmann