Santé : l’été de tous les dangers

iconeExtrait de l’hebdo n°3826

Par Jocelyne Cabanal— Publié le 31/05/2022 à 12h00

Jocelyne Cabanal, secrétaire nationale
Jocelyne Cabanal, secrétaire nationale© Virginie de Galzain

Dans la Nièvre, c’est une maternité qui ferme cet été ; à Bordeaux, Orléans ou Chinon, ce sont les urgences qui sont contraintes de fermer leurs portes ou d’instaurer un filtrage à l’entrée ; à Carhaix, c’est le service de soins continus qui est menacé pendant la saison estivale. Et malheureusement, cette liste est loin d’être exhaustive. Partout sur le territoire national, la même rengaine, faute de personnels, les établissements de soins n’ont pas la capacité d’assurer leur mission de service public. Aujourd’hui, le risque d’un accès restreint aux soins pour la population dans de nombreux territoires est devenu bien réel. Avec, à la clé, des retards de prise en charge qui peuvent se révéler fatals.

Cette situation n’est pas acceptable. Elle génère de la souffrance, du côté des usagers comme du côté des soignants. Selon la CFDT, il est temps d’en finir avec les solutions de court terme qui consistent à dégrader encore les organisations du temps de travail, qui ne font que décourager et détourner les professionnels de ces secteurs. Il y a urgence ; urgence à entendre les inquiétudes et les revendications des professionnels du sanitaire, du social et du médico-social ; urgence à renforcer l’attractivité des métiers de ces secteurs et à améliorer les conditions de travail. Il y va de la sécurité et de la santé des usagers, mais aussi de celles des soignants et des accompagnants. Il y va de la pérennité de notre système de soins. Il n’a pas besoin de pansements, il a besoin d’un traitement de fond.

C’est pour cela que la CFDT appelle l’ensemble des acteurs à écouter celles et ceux qui sont et font la santé au quotidien. Cela passera notamment par le renforcement du dialogue social, à tous les niveaux. Il y a urgence !