Syndicalisme Hebdo prend ses quartiers d'été jusqu'à la prochaine édition le 31 août. Mais la rédaction reste mobilisée tout l'été sur notre site et sur notre compte Twitter @SH_CFDT.

Retraites : “Aucun effort ne peut se concevoir sans justice sociale” abonné

Percutée par la crise sanitaire, la réforme des retraites n’est officiellement que suspendue mais bien peu de monde imagine qu’elle pourra se poursuivre en l’état dans un avenir proche. Le point avec Frédéric Sève, secrétaire national de la CFDT.

Par Jérôme Citron— Publié le 21/04/2020 à 13h07 et mis à jour le 14/01/2021 à 19h35

image

Dès le 16 mars dernier, Emmanuel Macron a annoncé la « suspension » de toutes les réformes en cours, « à commencer par la réforme des retraites ». Avec le prolongement du confinement, peut-on affirmer que cette réforme ne verra pas le jour pendant le quinquennat ?

Je crois que l’exécutif a le souci de ne pas compliquer une sortie de crise qui sera délicate politiquement, économiquement et socialement. Il est vrai qu’il s’était malheureusement ingénié à rendre clivante et impopulaire une réforme qui aurait pu – qui aurait dû – être porteuse de progrès social, et donc fédérer plutôt que diviser. Maintenant, on verra bien ce qui sera proposé. Pour l’instant, on se concentre sur la crise sanitaire et ses conséquences.

La CFDT en a-t-elle discuté avec l’exécutif ?

Nous n’avons pas eu de contact spécifiquement sur le sujet de la réforme des retraites mais nous partageons l’idée que l’urgence n’est clairement pas là aujourd’hui. Cela dit, nous restons toujours convaincus qu’un système de retraite est plus solide quand il est universel que lorsqu’il est éclaté en régimes séparés, notamment lorsqu’il s’agit de mobiliser les réserves des régimes en vue de surmonter un choc économique. La crise actuelle et surtout ses conséquences économiques vont impacter les régimes de retraite. Il serait plus sage de trouver le moyen de faire face en commun plutôt que de jouer le chacun pour soi.

N’y a-t-il pas un risque que le gouvernement renonce aux aspects les plus ambitieux de la réforme comme la création d’un régime unique pour l’ensemble des travailleurs, mais persévère sur le volet financement alors même qu’il s’agissait du point qui faisait le plus polémique ?

C’est clairement le risque principal. La CFDT le réaffirme : aucun effort ne peut se concevoir sans justice sociale – et d’ailleurs aucun effort n’est en soi incompatible avec le progrès social. Comme le système de retraite prélève beaucoup d’argent, il est très tentant de vouloir faire des économies dans ce domaine, y compris pour financer des déficits relatifs aux autres branches de la Sécurité sociale, qui sont elles aussi mises à rude épreuve par l’actuelle pandémie. Mais selon nous, le système de retraite doit…

Pour continuer de lire cet article, vous devez être abonné.

s'abonner

Déjà abonné ? Connectez-vous