Quel avenir pour le Caillou ?

iconeExtrait de l’hebdo n°3803

Par Yvan Ricordeau— Publié le 14/12/2021 à 13h00

Yvan Ricordeau, secrétaire national
Yvan Ricordeau, secrétaire national© Virginie de Galzain

Le 12 décembre, les électeurs de Nouvelle-Calédonie se sont prononcés en faveur du maintien de leur territoire au sein de la République française lors du troisième et dernier référendum d’autodétermination. Si ce vote clôt le cycle entamé en mai 1998 par l’accord de Nouméa, il ouvre également un nouveau chapitre. Les différents acteurs ont désormais jusqu’au 30 juin 2023 afin d’élaborer un nouveau projet de société, institutionnel et juridique, pour le territoire et ses habitants. Ce projet devra rassembler et prendre en compte les sensibilités qui ont pu s’exprimer tout au long du processus.

L’USOENC (Union des syndicats des ouvriers et employés de Nouvelle-Calédonie) entend être un acteur incontournable en vue de construire un pays plus équitable et durable. Elle s’engagera pour l’avenir du territoire, dans l’intérêt des travailleurs et des travailleuses de Nouvelle-Calédonie.

La CFDT a toujours été aux côtés de l’USOENC ; elle le sera encore plus, espérant que le destin de la Nouvelle-Calédonie s’écrive avec l’ensemble des acteurs et que soient bien prises en compte les revendications sociales et économiques.