Quand être LGBTQI sera un non-sujet

temps de lectureTemps de lecture 2 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3778

Par Frédéric Sève— Publié le 18/05/2021 à 12h00

image
© DR

L’orientation sexuelle, tout comme l’identité de genre, ne devraient pas être un sujet en 2021. Malheureusement, c’en est un. Encore. À force de n’être perçus par les autres que par ce prisme, c’est même devenu pour beaucoup une identité, au détriment de tout ce qui définit par ailleurs l’être humain. Cet échec est contraire à notre idéal universaliste. Et il n’est pas sans conséquence pour les personnes. 

Les chiffres rendus publics cette semaine dans le cadre de la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie témoignent de l’ampleur et de la persistance de cette phobie de la différence. Être LGBTQI aujourd’hui, c’est être exposé à une panoplie de représentations et de stéréotypes. Être LGBTQI aujourd’hui, c’est subir l’ostracisme, les moqueries et les propos déplacés, les violences morales ou physiques. C’est être empêché dans ses droits les plus fondamentaux. Nul ne peut s’en arranger. 

Depuis bientôt vingt ans, la CFDT participe activement aux marches des fiertés pour soutenir une lutte ancrée dans ses valeurs et donner de la visibilité à son engagement auprès des travailleurs susceptibles de subir de telles discriminations. S’il reste des droits à conquérir, c’est aujourd’hui essentiellement dans le cadre du travail qu’il faut concentrer nos efforts et mener la bataille syndicale. C’est sur le lieu de travail qu’il nous faut communiquer, accueillir, écouter, défendre et permettre d’instaurer un climat de confiance qui donne à chacun le droit d’être ou ne pas être dans le regard des autres. 

À propos de l'auteur

Frédéric Sève
secrétaire national de la CFDT

Bien des militantes et militants le font déjà, mais nous devons amplifier le mouvement pour être aux côtés des victimes sur tous les lieux de travail et leur permettre de s’exprimer auprès de nos représentants. C’est dans cette proximité, dans cette écoute, que nous pourrons lutter efficacement contre les discriminations. Nous aurons gagné quand être LGBTQI aura autant de conséquences sur sa vie au travail que la couleur des yeux... Quand être LGBTQI sera un non-sujet.