Passe sanitaire en entreprise : une réunion au ministère du Travail et des questions

temps de lectureTemps de lecture 3 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3804

Par Anne-Sophie Balle— Publié le 21/12/2021 à 10h25

image
© Laurent Grandguillot/RÉA

Rien est encore acté. Réunis le 20 décembre en visioconférence par la ministre du Travail au sujet du passe sanitaire en entreprise, les partenaires sociaux ont soulevé de nombreux points touchant à l’opérationnalité et au contrôle. Une discussion ouverte, assure Catherine Pinchaut, secrétaire nationale chargée de la santé au travail, mais qui soulève de nombreuses questions. « On n’a pas forcément les réponses à toutes les questions que l’on a posées, résume-t-elle à la sortie de la rencontre. C’est pour nous encore au stade de la réflexion. »

Des précisions attendues…

À propos de l'auteur

Anne-Sophie Balle
Rédactrice en chef adjointe de Syndicalisme Hebdo

Comment articuler les différents statuts afférents au passe tel qu’il est envisagé (vaccination, test, autotest…) ? À quelle fréquence de contrôle ? Comment contrôler les salariés nomades ou les personnes extérieures intervenant ponctuellement dans l’entreprise ? Toutes ces questions sont encore sur la table. « Il peut y avoir des situations très hétérogènes entre ceux qui peuvent avoir accès au télétravail et les autres », explique Catherine Pinchaut au micro de Franceinfo.

À cet effet, la CFDT a de nouveau mis en avant le télétravail comme une mesure supplémentaire qui devrait être renforcée en début d’année, selon l’évolution de la situation sanitaire. Mais elle estime, à ce stade et vu le peu d’éléments dont elle dispose, qu’il n’est pas indispensable de rendre obligatoire le passe sanitaire dans l’ensemble des lieux de travail. Actuellement, 3 millions de salariés en contact avec des personnes fragiles et/ou du public sont déjà soumis au passe sanitaire.