SH s’accorde une trêve estivale. En attendant le numéro du mardi 30 août, la rédaction continuera de vous tenir au courant des sujets qui concernent ou impactent les salariés sur le compte Twitter @SH_CFDT. En savoir plus

Nouvelle-Aquitaine : “Face à ce désastre, cet élan de solidarité a quelque chose de très rassurant”

temps de lectureTemps de lecture 12 min

Depuis le 12 juillet, plusieurs incendies ont dévasté la région Nouvelle-Aquitaine. En plus de nous rappeler l’urgence d’une transition écologique juste et la nécessité de services publics forts, ces événements dramatiques ne sont pas sans conséquences, qu’elles soient sociales ou économiques. Chacun à leur niveau, l’URI Nouvelle-Aquitaine CFDT et les militants néo-aquitains se mobilisent pour faire face aux multiples répercussions.

Par Guillaume Lefèvre— Publié le 22/07/2022 à 09h35 et mis à jour le 22/07/2022 à 09h47

image
© Thibaud MORITZ / AFP

Le choc, la consternation, puis la résilience. « Notre région traverse un véritable désastre environnemental qui aura de terribles répercussions, préviennent l’URI et le syndicat Interco 33. L’impact des incendies est terrifiant. » En 8 jours, ce sont 20 300 hectares de forêt qui ont brûlé en Gironde, dont 13 300 du côté de Landiras, à 40 kilomètres au sud de Bordeaux et 7 000 à La Teste-de-Buch, ville voisine d’Arcachon, et connue pour abriter sur son territoire la dune du Pilat, la plus haute dune d’Europe. Un troisième feu avait également été répertorié du côté de Vensac, au sein du Parc régional du Médoc. Ce sont en tout plus de 35 000 personnes ont également été évacués de leurs lieux de résidence ou de vacances. Cinq campings ont par ailleurs été détruits par les flammes, dont « Les flots Bleus », popularisé par la trilogie cinématographique « Camping » et son acteur vedette Franck Dubosc.

« La situation est très éprouvante, mais on agit comme on peut, témoigne Eve Piquer, secrétaire régionale de l’URI et habitante de La Teste. On pare à l’urgence et on fait au plus pressé. » La militante, comme des centaines de personnes, participe aux actions de solidarité qui se sont spontanément mises en place. « Face à ce drame, cet élan qui s’est immédiatement déclenché à quelque chose de très rassurant », insiste Eve qui a notamment mis des chambres de sa maison à disposition pour offrir un hébergement à des personnes contraintes leur habitation. Elle a également participé à plusieurs maraudes nocturnes pour aller ravitailler en eau les pompiers mobilisés. L’Union départementale a d’ailleurs donner deux barnums aux soldats du feu, ils servent désormais à abriter des points d’alimentation.

Mobilisation des agents publics

Pour venir en aide à la population et affronter ces brasiers, ce sont plus de 2 000 pompiers qui sont mobilisés jour et nuit. « Il y a eu une très forte mobilisation des agents, insiste Sandra Tourtoy, secrétaire adjointe de la section Interco SDIS1 33. Beaucoup se sont débrouillés pour rentrer de leurs vacances ou ont renoncé à leurs congés et se porter volontaires pour venir apporter du renfort ». « Nous exprimons notre soutien total et nos remerciements les plus vifs pour le travail des sapeurs-pompiers, des agents des collectivités territoriales et de la préfecture et de tous les bénévoles qui agissent sans relâche », insiste Grégory Gaudel, le secrétaire général de l’Union régionale Nouvelle-Aquitaine. « Je veux rendre hommage et adresser mes remerciements aux pompiers qui luttent contre leur propagation et aux agents publics mobilisés pour les secours et accueils d’urgence », complète Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT.

Sébastien Bouvier, secrétaire fédéral à la fédération Interco en charge des SDIS, salue également l’engagement sans failles des agents publics, mais alerte. « Toutes les limites sont atteintes. Quand les SDIS participent à ces renforts, ils amenuisent leur réponse opérationnelle au niveau local. L’Etat, les SDIS et les élus devront anticiper les moyens humains et matériels pour affronter les futures catastrophes climatiques »

Solidarité et soutien aux travailleurs

Très rapidement, l’URI Nouvelle-Aquitaine, d’organise avec d’autres partenaires sociaux régionaux et des organismes de protection sociale, pour parer et atténuer les conséquences de ces feux pour les travailleurs. Une aide financière d’urgence a été mise en place pour les salariés de la branche hôtellerie-restauration placés en chômage partiel après ces incendies. Sur les cinq campings touchés ce sont près d’un millier d’emplois qui sont concernés. Si ces premières mesures d’urgences pour l’emploi vont dans le bon sens et répondent à l’immédiateté, il faudra aussi rapidement penser l’après. « Nous appelons l’ensemble des pouvoirs publics - Etat, région, département et collectivités locales – pour que tous les moyens continuent à être mobilisées dans les prochains jours, semaines et mois à venir pour venir en aide à l’ensemble des habitants et travailleurs impactés par ces évènements, particulièrement sur le bassin d’Arcachon qui après deux ans de covid doit affronter un nouveau cataclysme », insiste Grégory Gaudel.

Pour venir en aide aux salariés, saisonniers qui subissent les conséquences de ces feux, les militants CFDT de l’UD Gironde se mobilisent. « Nous avons réactivé les antennes locales pour renseigner les travailleurs de leurs droits, notamment en lien avec la formation ou le chômage partiel », détaille Eve Piquer. A la Teste, Libourne, Langon, Saint-André, Blaye, Saint-Ciers sur Gironde ou encore Bordeaux, les militants sont prêts à renseigner les travailleurs, répondre à leurs interrogations et les orienter vers le militant ou la militante qui aura la capacité de le faire.

Préparer l’après

L’URI Nouvelle-Aquitaine demandera à ce que les conséquences environnementales, sociales et économiques de ces événements climatiques sans précédent soient analysées. « Nous réfléchissons également à engager et participer avec d’autres acteurs à des actions de reforestation ou de nettoyage de la forêt », ajoute Eve. « Nous prendrons toutes notre part, assure Grégory Gaudel. Nous proposerons plusieurs initiatives avec les autres acteurs sociaux et économiques de la Région, afin d’aider et accompagner la reconstruction indispensable de ces territoires. »