Les salariés de Carrefour ont “noté leur boîte”

temps de lectureTemps de lecture 4 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3793

Pour la deuxième année de suite, les militants CFDT de Carrefour sont allés à la rencontre de leurs collègues et les ont questionnés sur leur travail et leur entreprise. Le résultat n’est guère reluisant pour la direction.

Par Fabrice Dedieu— Publié le 05/10/2021 à 12h00

image
© Ian Hanning/RÉA

La coordination CFDT-Carrefour a rendu public le 24 septembre les résultats de son deuxième baromètre « Je note ma boîte ». Et le constat est sévère : les répondants (environ 3 000 salariés) ont donné une note globale 2021 de 4,1 sur 10 au groupe de la grande distribution, en baisse de 0,4 point par rapport à l’an dernier. Un résultat qui n’étonne pas Sylvain Macé, délégué syndical CFDT du groupe : « L’entreprise n’a pris aucune mesure correctrice en 2020, la note ne peut pas s’améliorer. Malgré la pandémie, Carrefour a continué ses projets de restructuration et d’augmentation de la productivité. Ça suscite de la souffrance au travail. Une perte de confiance est en train de s’exprimer. »

Conditions de travail dégradées pour trois salariés sur quatre

Résultat, le ton se durcit vis à vis de l’entreprise. 77 % des répondants estiment que « leur direction ne se sent pas concernée par leurs conditions de travail », contre 73 % l’année dernière. Ils sont également plus nombreux à déplorer « le manque d’information sur les conséquences de la réorganisation de leur métier ». Si 57 % des répondants affirment être « bien au sein de l’entreprise » en 2021, ils étaient 63 % l’an dernier. Trois salariés sur quatre estiment que leurs conditions de travail se sont dégradées avec la crise sanitaire, et ils sont 83 % à constater une hausse de la charge de travail en 2020-2021. Les mesures visant à protéger les salariés du coronavirus n’inspirent confiance qu’à 58 % des salariés. Au final, ils sont plus nombreux en 2021 qu’en 2020 à se déclarer épuisés physiquement et mentalement.

Du fait des mesures sanitaires et de la distanciation sociale, mener une telle enquête cette année n’a pas été chose facile, reconnaît Sylvain Macé. En effet, l’enquête ne consiste pas en un sondage sur internet ; ce sont les délégués syndicaux qui sont allés à la rencontre des salariés pour leur poser les questions et récolter leurs réponses. Une méthode qui a permis d’obtenir de précieux verbatim : « J’ai l’impression de passer ma vie au travail et de moins voir ma famille », « Cela devient de plus en plus dur moralement. Nous sommes tout épuisés : beaucoup plus de travail et pas d’embauche », « Aucune considération par notre directeur ou nos responsables. Nous ne sommes que des numéros pour eux, cela est bien triste », « L’incivilité de certains clients a augmenté depuis la crise du Covid ; non-respect du minimum des gestes barrière et surtout impolitesse ; moralement épuisant certains jours… »

Un cabinet d’experts indépendant à la manœuvre

Interrogé par la presse, le groupe Carrefour a réagi à l’initiative de la CFDT, indiquant qu’il allait étudier les résultats. L’entreprise estime toutefois que « la méthodologie retenue ne permet pas de tirer des conclusions générales sur l’état d’esprit des salariés de Carrefour ». Sylvain Macé rappelle que c’est un cabinet d’experts indépendant qui a produit la note, à partir de la matière première récoltée par les militants sur le terrain. « On a découvert la note avec l’expert, ce qui fait la légitimité de notre enquête. »

À propos de l'auteur

Fabrice Dedieu
Journaliste

Et le groupe de mettre en avant sa notation interne, réalisée en collaboration avec Ipsos, reposant sur un échantillon d’au moins 4 500 salariés en France. La dernière mouture de cette note, qui aurait été publiée en juillet dernier dans la dernière communication financière, indiquerait un 8,2 sur 10. Une note bricolée en une journée, affirme le délégué syndical. « Ils posent la même question aux salariés : “Est-ce que vous recommanderiez Carrefour comme employeur à vos proches”, ça donne 82 % de recommandation, transformé en 8,2 sur 10. » « Ce qui est intéressant, ajoute-t-il, c’est que la direction a été obligée de répondre, de commenter notre étude, ce qui lui confère une importance. » Rendez-vous en 2022 : l’équipe de la coordination CFDT-Carrefour travaille déjà sur la prochaine enquête…