SH s’accorde une trêve estivale. En attendant le numéro du mardi 30 août, la rédaction continuera de vous tenir au courant des sujets qui concernent ou impactent les salariés sur le compte Twitter @SH_CFDT. En savoir plus

Le 8 mars, défendons les travailleuses essentielles

temps de lectureTemps de lecture 3 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3811

Par Fabrice Dedieu— Publié le 15/02/2022 à 13h00

De gauche à droite : Virginie Chapelin, Samia Lafifi, Sandra Jaramillo, Valérie Rabot et Sandrine Papot, lors de la Marche des essentiels, le 3 février dernier. Toutes travaillent dans le secteur des services à la personne.
De gauche à droite : Virginie Chapelin, Samia Lafifi, Sandra Jaramillo, Valérie Rabot et Sandrine Papot, lors de la Marche des essentiels, le 3 février dernier. Toutes travaillent dans le secteur des services à la personne.© Thierry Nectoux

Essentielles à la vie du pays, et encore plus durant les différents confinements, les travailleuses des secteurs de l’aide à domicile, de la propreté, de la distribution alimentaire ou encore de la sécurité privée connaissent pourtant une forte précarité. Elles travaillent le plus souvent à temps partiel, et près de 60 % des salariés qui perçoivent le Smic sont des femmes. Selon l’Insee, les femmes salariées du secteur privé toucheraient encore environ 17 % de moins que les hommes, à durée de travail égale – une différence principalement liée aux emplois occupés ainsi qu’aux inégalités hiérarchiques.

Un communiqué CFDT de plusieurs fédérations

« Elles se trouvent engluées sur un plancher collant qui les empêche de progresser. Et lorsqu’elles réussissent à s’en extraire, elles se cognent au plafond de verre et peinent à atteindre des postes à responsabilité », écrivent la Confédération et les fédérations Santé-Sociaux, Agri-Agro, Construction et Bois, Services, Interco ainsi que Transports et Environnement dans un communiqué commun.

« Le 8 mars, journée internationale des droits des femmes, est l’occasion de braquer les projecteurs sur les travailleuses essentielles pour une juste reconnaissance de leurs métiers par les employeurs publics et privés. » Une mobilisation va avoir lieu à Paris ainsi que dans les territoires.