Syndicalisme Hebdo prend ses quartiers d'été jusqu'à la prochaine édition le 31 août. Mais la rédaction reste mobilisée tout l'été sur notre site et sur notre compte Twitter @SH_CFDT.

“La CFDT Vivarte reste ouverte à la négociation” abonné

Jean-Louis Alfred, délégué syndical central CFDT de Vivarte, dénonce depuis des années le démantèlement du groupe qui est passé de 22 000 salariés à 9 000 aujourd’hui et…ce n’est pas fini. Il fait le point sur la situation du groupe qui, fin 2019, ne comptera plus que les enseignes La Halle, Minelli et Caroll.

Par Didier Blain— Publié le 12/09/2019 à 11h33

image

Peux-tu nous rappeler ce qui s’est passé dans le groupe ces dernières années ?

En 2013, le groupe Vivarte a 2,2 milliards € de dettes liés à une mauvaise gestion, à des emprunts spéculatifs et à la crise de 2007 venue s’ajouter là-dessus. Marc Lelandais, le PDG de l’époque, parvient à effacer cette dette en contraignant les actionnaires à y renoncer. Mais dans le même temps, il fait entrer le loup dans la bergerie, les actionnaires vendent leurs actions dévaluées sur le second marché à des fonds spéculatifs. Ces derniers deviennent majoritaires et prennent le contrôle de Vivarte. En 2016, Patrick Puy, l’actuel PDG arrive et commence véritablement le démantèlement. En 2013, Vivarte avait 19 enseignes. A la fin de l’année, il n’en aura plus que trois, la Halle, Minelli et Caroll. Il y avait 22 000 salariés, on est actuellement 9 000 ! A l’arrivée des fonds spéculatifs, la CFDT les a dénoncés. Nous savions qu’ils ne venaient pas pour consolider le groupe mais pour se payer sur la bête.

Où en est Vivarte aujourd’hui ?

Patrick Puy est en train de finir le travail de démantèlement. Il affirme que le groupe n’est pas en mesure de payer ses 500 millions € de dettes. Mais la vraie question est où est passé l’argent de la vente d’une quinzaine d’enseignes, de Naf Naf, de la Halle Suisse, etc. On se retrouve aujourd’hui avec plus de dettes qu’à l’arrivée de Patrick Puy. Nous n’avons aucune information là-dessus tant au niveau groupe qu’au niveau CE et CCE. Mais la réponse est simple : les fonds vautours se sont servis.

Pourtant le PDG affirme qu’il n’y aura pas de casse sociale ?

Tout ce qu’il a entrepris tourne à la catastrophe. Chez Naf Naf qu’il a vendu à un groupe chinois nous avons encore une équipe CFDT. Elle nous informe que l’acheteur est en faillite, il n’a d’ailleurs pas pu payer tout ce qu’il devait à Vivarte et aucun de ses engagements, comme l’ouverture vers le marché chinois, ne s’est réalisé. Chevignon, cédé il y a huit mois, est au bord de la faillite ce qui n’a pas empêché Patrick Puy de revendre Cosmoparis…

Pour continuer de lire cet article, vous devez être abonné.

s'abonner

Déjà abonné ? Connectez-vous