Syndicalisme Hebdo prend ses quartiers d'été jusqu'à la prochaine édition le 31 août. Mais la rédaction reste mobilisée tout l'été sur notre site et sur notre compte Twitter @SH_CFDT.

La CFDT soutient les salariés iraniens du secteur pétrolier

iconeExtrait de l’hebdo n°3786

Par Guillaume Lefèvre— Publié le 13/07/2021 à 12h00

La raffinerie d’Assalouyeh, ville située sur les rives du golfe Persique, à environ 1 000 kilomètres au sud de Téhéran.
La raffinerie d’Assalouyeh, ville située sur les rives du golfe Persique, à environ 1 000 kilomètres au sud de Téhéran.© Xinhua/Zuma-RÉA

« Nous soutenons pleinement les salariés en lutte, comme le fait sur place la grande majorité de la population, ainsi que la diaspora iranienne à travers le monde », écrivent la CFDT, la CGT, la FSU, l’Unsa et Solidaires dans un courrier de soutien aux grévistes iraniens. Depuis environ trois semaines, plus de 10 000 travailleurs de dizaines d’entreprises sous-traitantes dans le secteur du pétrole, du gaz et de la pétrochimie sont en grève. Ils dénoncent leur contrat de travail précaire (quand il existe) et des conditions de travail déplorables. Ils revendiquent le paiement de plusieurs mois d’arriérés de salaire, l’amélioration des conditions de travail, le respect des normes de sécurité au travail ou encore l’octroi de dix jours de repos après vingt jours du travail (les travailleurs habitent loin de leur famille, et la température peut atteindre 50 °C dans le sud du pays).

« Une fois de plus, nos camarades iraniens font preuve d’un courage et d’une détermination extraordinaires face à l’oppression. Ils agissent collectivement pour se défendre, améliorer leurs conditions de vie et de travail et exiger que leur patrie se construise pour répondre aux besoins du plus grand nombre, a réagi le secrétaire général adjoint d’IndustriALL, Kemal Özkan. Nous les saluons et sommes solidaires de leur lutte et de leurs justes revendications. »