La CFDT se déploie dans les magasins Fnac du Nord-Est

temps de lectureTemps de lecture 6 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3816

Présente à l’origine dans deux magasins Fnac, la CFDT s’est implantée dans six autres situés dans le quart nord-est de la France. Cette situation découle des élections de 2019, qui ont changé la donne de la représentation des salariés. Rencontre avec des militants qui ont dû repartir de zéro.

Par Fabrice Dedieu— Publié le 22/03/2022 à 13h00

De gauche à droite : Mireille Boyé, Christelle Schaeffer et Jean-Baptiste Quenel.
De gauche à droite : Mireille Boyé, Christelle Schaeffer et Jean-Baptiste Quenel.© Syndheb

1. Secrétaire général du Syndicat CFDT des Services Vosges et Moselle.

La section CFDT du magasin Fnac de Metz fait partie des murs. Depuis 2004, les militants qui l’ont créée et qui la composent ont su démontrer aux salariés toute leur implication. « C’est Guy Kauth1 qui l’a fondée à la suite d’un souci avec un directeur », se rappelle Mireille Boyé, vendeuse au rayon photo depuis 1988 et élue au CSER (comité social et économique régional). « C’est quelqu’un qui a un fort tempérament, qui n’a pas peur d’aller au front, de se confronter au directeur, de négocier quand il faut. Il a défendu plusieurs salariés. »

« À l’époque, la direction disait que les syndicats étaient là pour leur mettre des bâtons dans les roues, j’étais donc un peu méfiant. Mais Guy faisait le boulot, ne faisait jamais de fausses promesses ou ne disait de mensonges. Et c’est ça qui m’a plu. Encore aujourd’hui, on fait ce que l’on dit et je pense que ça paie », pense Jean-Baptiste Quenel, libraire à la Fnac depuis 2005, lui aussi élu au CSER. En tout cas, les résultats parlent d’eux-mêmes : 41 des 51 salariés du magasin sont adhérents à la CFDT. « Une belle section », s’exclame Christelle Schaeffer, qui a succédé à Guy, parti en 2017. Mais deux ans plus tard, la réceptionniste-vendeuse au SAV, à la Fnac depuis 2001, a dû faire face à un autre défi…

Un grand changement de périmètre

Auparavant, les instances représentatives du personnel avaient pour périmètre le magasin : chaque site avait donc ses délégués du personnel, son CHSCT et son comité d’entreprise. En 2019, l’application des ordonnances travail a provoqué la fusion de ces instances mais, surtout, il a été décidé que le nouveau CSE aurait un périmètre régional. Une région Nord-Est est alors définie, qui regroupe les magasins Fnac de Metz, Amiens, Belfort, Colmar, Le Havre, Lille, Metz, Mulhouse, Nancy, Reims, Rouen, Strasbourg, Troyes et Valenciennes.

Se pose alors la question de la représentativité, puisqu’à ce moment-là, seuls les magasins de Metz, Strasbourg et Reims disposaient de sections CFDT. « On allait représenter 13 magasins dans la région. Si à Metz tout le monde nous connaissait, ailleurs, nous étions inconnus au bataillon. On connaissait la CFDT mais pas nous. Ça a été difficile. On a mené une campagne très active. À ce moment-là, j’étais déléguée syndicale du magasin de Metz, il m’était impossible de me déplacer dans les autres magasins », se souvient Christelle, désormais l’une des trois DS régionales. Malgré les difficultés, il y a eu cette belle surprise : sur les 14 sièges du CSER, quatre ont échu à la CFDT ; un résultat lié aux bonnes implantations à Metz et Strasbourg.

Six nouvelles implantations de magasins

Trois ans plus tard, la situation a bien changé : un important travail de terrain a été déployé afin d’implanter des sections CFDT dans six magasins (Amiens, Belfort, Nancy, Reims, Troyes et Valenciennes). « Et bientôt Colmar. On a aussi des contacts à Mulhouse », ajoute la DS régionale. Pour ce faire, Christelle applique la méthode qui a fonctionné à Metz et se rend dans les magasins, discute avec les salariés, écoute leurs difficultés : « Chaque salarié qui vient nous voir avec un problème est en attente d’une réponse ou d’une solution, ce que soit d’ordre social ou juridique. On répond à tout le monde. » Se rendre en magasin offre également la possibilité de voir si certains salariés sont intéressés par la CFDT et l’engagement. « On peut faire de belles découvertes. » Cette prise de contact permet d’amorcer la visibilité de la CFDT, « avec un tableau syndical, avec nos coordonnées dessus et tous les derniers tracts. Je fais en sorte que les tracts soient affichés partout en même temps », souligne Christelle.

Une communication sur tous les canaux disponibles

Outre cette stratégie de terrain, les militants misent beaucoup sur la communication numérique avec les salariés, que ce soit par une page Facebook dédiée (CFDT Fnac Nord-Est), Instagram ou grâce à un réseau social interne mis en place par la direction de la Fnac. Ce dernier se révèle bien utile aux équipes. « Sur ce réseau, en plus du groupe CFDT, on a un groupe CSER pour tous les salariés de la région. Sur les 574 salariés, 504 sont dedans, explique Jean-Baptiste. Tout ce que l’on fait, on le dit sur le groupe, on explique les instances aux salariés. C’est un super relais d’information. »

« La région est immense mais les outils numériques permettent aux salariés de ne pas se sentir éloignés des représentants de proximité. Je suis en lien constant avec eux. Maintenant, on nous connaît », abonde Christelle. Une stratégie qui s’est révélée utile pendant les périodes les plus difficiles de la pandémie. « Durant les confinements, on a gardé le lien avec les salariés. Et à l’issue des réunions liées à la situation sanitaire, on tenait au courant les salariés. Ils étaient en attente d’informations sur l’activité partielle, les fermetures, les reprises… Je pense qu’aucun salarié ignorait ce qu’il se passait dans l’entreprise ! », affirme la DS régionale. Et ce, d’autant que « la direction ne savait pas communiquer, elle ne disait rien », ajoute Mireille.

À propos de l'auteur

Fabrice Dedieu
Journaliste

Dans un an, les salariés de la Fnac seront appelés aux urnes et renouvelleront leur comité social et économique régional. Les militants CFDT sont d’ores et déjà en campagne. « Rien n’est jamais acquis ! », rappelle Christelle. Et Jean-Baptiste d’ajouter : « C’est un travail permanent, puisque l’on se mobilise tous les jours pour les salariés. »