Handicap et emploi : accompagner la sortie de crise

temps de lectureTemps de lecture 4 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3821

Malgré une embellie, le taux de chômage des travailleurs en situation de handicap reste deux fois plus élevé que celui des autres actifs. Pour aider les entreprises à recruter ces personnes, l’Agefiph a créé, il y a trois ans, un réseau de référents handicap. À la fin mars, ils étaient invités à Lille pour échanger sur leurs bonnes pratiques.

Par Claire Nillus— Publié le 26/04/2022 à 12h00

image
© Marta Nascimento/RÉA

Si le nombre de demandeurs d’emploi en situation de handicap est à son plus bas niveau depuis cinq ans, le chômage de longue durée de ces personnes a, quant à lui, augmenté. Actuellement, 60 % des demandeurs d’emploi handicapés sont au chômage depuis au moins un an. Selon l’Agefiph, il est temps de remobiliser les partenaires sociaux au sujet de l’insertion et du maintien en emploi de cette catégorie d’actifs.

Fin mars, l’association organisait son « université des référents handicap », qui a rassemblé pendant deux jours quelque 600 personnes à Lille et plusieurs milliers connectées à distance. Au programme : tables rondes, ateliers et conférences. Il apparaît que les employeurs peinent à atteindre l’obligation d’emploi de 6 % fixée par la loi de 1987 : en 2021, le taux d’emploi des personnes en situation de handicap dans le secteur privé stagne à seulement 3,8 %.

Focus sur les pays de l’Union européenne

Si la France n’a pas atteint les objectifs qu’elle s’est fixés il y a trente-cinq ans, quid des stratégies mises en œuvre dans les autres pays de l’Union ? Une enquête réalisée pour l’Agefiph par l’agence Bona fidé révèle que partout les politiques européennes de l’emploi des personnes en situation de handicap sont en perte de vitesse. De cette étude il ressort « beaucoup de bonnes intentions mais des difficultés à passer du discours au réel ». L’agence pointe notamment l’absence de communication sur les outils qui fonctionnent (quotas, emplois protégés…) ainsi que le manque d’évaluation des politiques publiques. Sans mesure de l’efficacité des actions menées jusqu’ici, comment réactualiser la stratégie européenne 2010-2020 en faveur de l’intégration des personnes en situation de handicap ?

Un sujet transversal pour l’entreprise

La question du handicap est pourtant présente à tous les niveaux dans les entreprises. Catherine Pinchaut, secrétaire nationale de la CFDT, a ainsi rappelé qu’en réduisant les risques de maladies professionnelles, d’absentéisme ou de licenciements pour inaptitude, l’aménagement des postes et des horaires des personnes en situation de handicap bénéficie à l’ensemble des salariés d’une entreprise. « Une personne sur deux sera confrontée au cours de sa vie à une maladie invalidante ou à un handicap. Du fait de l’allongement de la vie professionnelle, de l’organisation ou la mauvaise qualité du travail, de plus en plus de travailleurs sont confrontés à des problèmes de santé. La prévention et le maintien en emploi concernent donc tous les salariés, et la question du handicap doit être intégrée à toutes les négociations de l’entreprise. »

Pour passer du discours aux actes, la secrétaire nationale insiste sur la nécessité de sensibiliser et d’informer les PME sur le sujet. Car, pour l’heure, ce sont essentiellement les grands groupes qui signent des accords handicap innovants. La marge de manœuvre se révèle donc importante.