Faut-il “défamilialiser” les aides à la jeunesse ?

temps de lectureTemps de lecture 3 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3820

Par Pauline Bandelier— Publié le 19/04/2022 à 12h00

image
© Simon Lambert/Haytham-RÉA

Au cours des quinze dernières années, la part des jeunes vivant sous le seuil de pauvreté est passée de 8 à 13 %, selon l’Observatoire de inégalités, en raison de l’augmentation du chômage et du travail précaire. Dans une note publiée le 23 mars 2022 pour Terra Nova, deux chercheurs appellent à déconstruire la perception française d’une jeunesse dorée et protégée. Ils plaident notamment pour des mesures universelles allant dans le sens d’une « défamilialisation » du temps de la jeunesse afin de lutter contre la reproduction des inégalités : « Il faut cesser de penser que tous les jeunes sont forcément aidés par leurs parents. Certains sont en rupture familiale, d’autres sont précaires ou ont des revenus trop bas pour pouvoir être des soutiens », réagit Marie Bretonnière, déléguée jeunes CFDT. Autant de raisons pour lesquelles elle revendique l’accès des moins de 25 ans au RSA mais aussi la mise en place d’une Garantie jeunes universelle.