Drame des migrants noyés au large de Calais, la CFDT des Hauts-de-France écrit au président de la République

iconeExtrait de l’hebdo n°3805

Par Nicolas Ballot— Publié le 22/12/2021 à 08h29 et mis à jour le 30/12/2021 à 10h11

image
© DR

« Combien faudra-t-il encore de drames avant de se décider à agir ? » Michel Crépin, le secrétaire général de la CFDT des Hauts-de-France, interpelle dans une lettre ouverte le président de la République, le préfet, les parlementaires et le président de la région, à la suite du drame du 24 novembre qui a vu 27 exilés (hommes, femmes et enfants) périr dans le naufrage d’une embarcation précaire au large de Calais.

Rappelant que « la CFDT défend les valeurs de respect de la dignité humaine, des droits de l’homme, de liberté, de solidarité, de démocratie », le secrétaire général de l’Union régionale CFDT insiste sur le fait que « parler d’immigration ne doit pas se réduire à des propos nauséabonds de campagne électorale avec des candidats qui instrumentalisent la question migratoire pour agiter des peurs irraisonnées ».

« Personne ne mérite de mourir en mer »

C’est pourquoi la CFDT Hauts-de-France demande que « les pouvoirs publics […] aient à l’égard des migrants une politique humaniste volontariste pour éviter à tout prix [de nouveaux] drames ». Et d’enfoncer le clou : « C’est une urgence pour les migrants, qui risquent leur vie, mais aussi pour les professionnels, confrontés à l’absence de moyens : personne ne mérite de mourir en mer, personne ne mérite non plus de repêcher des morts. »

La CFDT appelle dans le même temps au « développement de voies légales d'accès au Royaume-Uni, en concertation avec les autorités britanniques ».