SH s’accorde une trêve estivale. En attendant le numéro du mardi 30 août, la rédaction continuera de vous tenir au courant des sujets qui concernent ou impactent les salariés sur le compte Twitter @SH_CFDT. En savoir plus

[Dossier L’Union après la crise] Allemagne - “La crise a fait apparaître de profondes inégalités” abonné

Andreas Botsch est responsable du service International du DGB, organisation syndicale majeure en Allemagne. Selon lui, la crise a permis de vérifier la résistance du système de santé et de prendre conscience de fortes inégalités dans l’enseignement. Rencontre.

Par Didier Blain— Publié le 27/07/2020 à 07h25

image

Comment le système de santé allemand a-t-il résisté au choc de la pandémie de Covid-19 ?

Aucun système de santé européen n’était préparé à ce choc. Mais, en Allemagne, nous avons bénéficié de deux atouts. Tout d’abord, le nombre de lits d’hôpitaux dédiés aux soins intensifs est supérieur à ce qui existe dans le reste de l’Europe. Ensuite, la communication du gouvernement a été très bonne et la population a globalement suivi les conseils de confinement. Il y a bien eu quelques mécontents estimant que le déconfinement n’allait pas assez vite mais c’est une minorité. Jusqu’à la reprise de l’activité, nous avions une stratégie nationale. Depuis, les Länder élaborent leur propre stratégie, et il y a une sorte de compétition entre eux et des règles qui diffèrent.

Qu’en est-il du chômage partiel ?

Il est très élevé. Au plus fort de la crise, fin mai, il a concerné 750 000 entreprises et 10,1 millions de salariés. Son fonctionnement est assez simple. Les employeurs demandent à la Sécurité sociale de payer 60 % du salaire du travailleur, 67 % s’il a des enfants, pendant trois mois. Ce salaire de remplacement augmente au quatrième mois, il passe à 70 et 77 % puis au septième mois à 80 et 87 %. Pour les trois premiers mois, le DGB estime que c’est insuffisant. Il y a eu des débats entre les sociaux-démocrates (SPD), qui voulaient le porter à 80 et 90 %, mais les démocrates-chrétiens (CDU) ont refusé. Nos fédérations ont vivement réagi. Dans certains secteurs, elles ont signé des accords qui augmentent ces indemnisations à 90 %, c’est le cas dans la métallurgie, la construction et dans certains Länder.

Où en est le télétravail ?

De plus en plus…

Pour continuer de lire cet article, vous devez être abonné.

s'abonner

Déjà abonné ? Connectez-vous