De nouveaux magasins Carrefour placés en location-gérance, 6 000 salariés dans l’incertitude

temps de lectureTemps de lecture 3 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3795

Par Fabrice Dedieu— Publié le 18/10/2021 à 12h22

image
© Éric Tschaen/RÉA

Carrefour récidive. Six mois après avoir dévoilé une liste de 47 magasins abandonnés à la location-gérance, le groupe de la grande distribution a présenté une nouvelle liste le 14 octobre. Quarante-trois magasins sont concernés par cette nouvelle vague, dont 16 hypermarchés ; un peu plus de 6 000 salariés seront touchés, pour une mise en œuvre en 2022.

« C’est le choc, reconnaît Sylvain Macé, délégué syndical du groupe. On ne s’attendait pas à une deuxième annonce cette année. On constate une accélération du mouvement, Carrefour souhaite passer en location-gérance de gros magasins comme celui de Vitrolles, de 19 000 m2. On se demande qui aura la capacité de gérer ça. » En plaçant ses magasins en location-gérance, Carrefour les externalise. Si les murs ne changent pas de propriétaire, tout comme l’enseigne, le magasin devient une entreprise indépendante du groupe, ce qui n’est pas sans conséquences sur les droits des salariés.

Perte de pouvoir d’achat et d’avantages sociaux

La CFDT dénonce les pertes importantes de pouvoir d’achat qui vont toucher les salariés, estimées à 2 300 euros par an et par personne en moyenne. Sans compter les avantages sociaux qui pourront être remis en cause par le nouveau locataire-gérant du magasin. « Nous demandons une compensation de la rémunération et des avantages sociaux pour les salariés concernés. Nous demandons également un plan de redressement des magasins en difficulté. L’entreprise a trouvé 700 millions d’euros pour racheter des actions. Autant les investir dans les magasins au lieu de les basculer en location-gérance », tonne Sylvain Macé.

En quatre ans, Carrefour se sera séparé de 48 hypermarchés et de 179 supermarchés, soit un total de 227 magasins. Environ 20 000 salariés ont ainsi quitté le groupe, selon la CFDT.