De l’épreuve à l’expérience

iconeExtrait de l’hebdo n°3801

Par Frédéric Sève— Publié le 30/11/2021 à 13h00

Frédéric Sève, secrétaire national
Frédéric Sève, secrétaire national© InfoCom CFDT

À propos de l'auteur

Frédéric Sève
secrétaire national de la CFDT

Dès mars 2020, la CFDT a martelé que la crise de la Covid n’était pas qu’une crise sanitaire ou économique. Le choc d’une pandémie mondiale et l’épreuve des confinements ont affecté les esprits et pas seulement les corps, la société et pas seulement le « business ». Nous avions donc demandé qu’à côté du comité scientifique soit mis en place un comité d’experts en sciences sociales afin d’évaluer les conséquences psychologiques et sociales de la crise du coronavirus…

Sans succès : la gestion de cette crise a révélé à quel point l’action publique reste focalisée sur les sciences dures comme la médecine ou l’économie – tandis que les sciences sociales au sens large restent négligées, voire ignorées. L’État s’occupe de la guerre contre le virus. Le deuil, les blessures, les traumatismes, tout cela est abandonné à la responsabilité individuelle.

Faute de réponse positive de la part du gouvernement, donc, ce comité, nous l’avons mis en place nous-mêmes, en association avec la Fondation Jean Jaurès. Dix-huit mois après le premier confinement et à quelques mois de l’élection présidentielle puis des législatives, son but est d’ouvrir les portes du débat public au riche travail effectué par les sciences sociales sur la pandémie et ses conséquences.

Mieux comprendre ce qui nous arrive depuis mars 2020, à l’échelon individuel et à l’échelle de la société, percevoir ce que l’épreuve sanitaire révèle de nos fonctionnements, de nos forces et de nos faiblesses, et en tirer expérience pour l’avenir : voilà la feuille de route de cette aventure originale de collaboration entre le monde syndical et le monde scientifique.