“Construisons la force syndicale du XXIe siècle dont ont besoin les travailleurs”

temps de lectureTemps de lecture 4 min

Par Marie-Nadine Eltchaninoff et Nicolas Ballot— Publié le 04/01/2022 à 13h02

image
© InfoCom CFDT

Le congrès de Lyon se déroulera du 13 au 17 juin. Quel premier bilan tires-tu de la démarche participative relative à la préparation des textes avec la plateforme “Je participe” ?

En ce qui concerne “Je participe”, je retiens avant tout les 548 propositions issues de très nombreux débats entre militants et adhérents. Certaines de ces propositions sont d’ailleurs reprises dans l’avant-projet de résolution qui sera envoyé aux syndicats à la fin de ce mois de janvier.
Bien sûr, nous allons continuer et amplifier ce processus participatif en utilisant la plateforme dans la suite de la préparation du congrès pour débattre sur les textes, car il ne faut jamais renoncer à avoir davantage de démocratie participative.

En attendant que les deux corapporteurs détaillent le contenu de l’avant-projet de résolution après son adoption par le Bureau national de janvier, peux-tu nous dire quelques mots de sa philosophie ?

La principale caractéristique de cet avant-projet de résolution est qu’il commence par s’intéresser à nous, à l’interne. Nous faisons ce choix inédit parce que l’enjeu principal de la période qui s’ouvre est de consolider notre syndicalisme : on a besoin d’être beaucoup plus nombreux, de mieux former et accompagner nos militants. Il nous faut également être beaucoup plus souple dans notre structuration. On va donc faire des propositions innovantes sur ces différents sujets.

“La CFDT n’a jamais dérivé mais a maintenu le cap grâce à son socle de valeurs et à ses principes.”

Lors du mandat qui s’achève et qui n’a pas été de tout repos avec notamment les gilets jaunes et la crise sanitaire, la CFDT n’a jamais dérivé mais a maintenu le cap grâce à son socle de valeurs et à ses principes. C’est ce qui nous a permis de continuer d’être audible, de faire des propositions et d’obtenir des avancées pour les travailleurs. C’est bien parce qu’une CFDT solide est indispensable dans cette période que nous devons la consolider en interne pour construire la force syndicale du XXIe siècle dont les travailleurs ont besoin. Consolider la CFDT, cela veut aussi dire lui permettre d’être en capacité de représenter et de défendre tous les travailleurs qui, encore trop souvent, passent sous le scope des syndicats, comme les salariés des TPE ou les travailleurs des plateformes.

Dans ce cadre, quel est le but de “Parlons engagement”, la nouvelle grande enquête lancée par la CFDT ?

Consolider la CFDT suppose de nous réinterroger sur les moteurs de l’engagement, sur ce qui motive les militants aujourd’hui et sur ce qui pourrait motiver ceux de demain. De ce point de vue, en s’appuyant sur les enseignements de l’enquête, le congrès de Lyon doit être le point de départ d’une nouvelle façon de faire vivre la CFDT, fidèle à ce qu’elle est mais encore plus en phase avec les attentes et les aspirations des travailleurs et des travailleuses.