Agglomération Lisieux-Normandie : vis ma vie d’agent territorial

temps de lectureTemps de lecture 6 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3833

Le terrain et rien que le terrain ! La section CFDT, première organisation syndicale de l’agglo Lisieux-Normandie, a engrangé plus 40 % d’adhésions en 2021. Petit tour d’horizon de ses (très) bonnes pratiques.

Par Claire Nillus— Publié le 21/06/2022 à 12h00

image
© DR

À Lisieux, il y a Sainte-Thérèse (entre 800 000 et un million de personnes visitent chaque année la célèbre basilique)… et la CFDT. Une blague ? Pas tout à fait, car depuis qu’elle est devenue majoritaire en 2018, la section multiplie les adhésions comme les petits pains. Un miracle ? Pas vraiment, sachant que l’équipe est tous les jours sur le terrain. « C’est notre credo ! Nous sommes persuadés qu’aller sur le terrain est irremplaçable. Et nous nous l’appliquons à nous-mêmes : nous n’avons pas de permanence syndicale, nous convenons d’un rendez-vous avec les agents qui le demandent, dans notre local ou sur leur lieu de travail et, la plupart du temps, nous nous déplaçons. C’est essentiel de les voir dans leur environnement professionnel pour les comprendre. »

Et les militants ne ménagent pas leurs efforts car la communauté d’agglomération Lisieux-Normandie s’étend sur un vaste territoire de 1 000 km2. Née de la fusion de cinq communautés de communes en 2017 et de l’ajout de six nouvelles communes en 2018, elle regroupe près de 74 000 habitants et emploie 400 agents territoriaux (dont 318 équivalents temps plein).

Un repérage minutieux

En 2017, Isabelle Calus et Stephan Polin, ex-responsable de la section CFDT de Lisieux, avaient déjà commencé à sillonner les routes normandes en quête de candidats dans la perspective des élections professionnelles de 2018. « Avec la création de la communauté d’agglomérations, il y a eu beaucoup de changements et d’agents mis en difficulté sur leur poste. Je leur expliquais que nous allions négocier pour eux, c’était parlant… », poursuit Isabelle.

Le repérage répondait à un cahier des charges précis. Premier critère de la future organisation CFDT : avoir une oreille syndicale dans chaque nouveau service depuis l’élargissement de l’agglomération. Isabelle veille aussi à faire travailler ensemble des « personnalités compatibles ». Très vite, elle a su repérer qui pour son charisme, qui pour son expertise, qui pour son carnet d’adresses. Enfin, il fallait veiller à ce que la proportion femmes-hommes de la section soit, a minima, conforme à celle de l’agglomération. « C’est le cas puisque nous avons 60 % de militants femmes et 40 % de militants hommes. Mais nous espérons arriver à parité totale en 2022. »

La section, miroir des agents

Sa liste constituée, la CFDT a remporté haut la main la première place aux élections avec 60,33 % des voix, devant FO 39,66 % (qui était historiquement la première organisation syndicale jusque-là).

Au sein de la section, on trouve dorénavant un représentant dans chaque service, toutes les catégories d’agents (A, B, C, hors classe), tous les âges (de 25 à 64 ans), et des mandatés dans plusieurs commissions : CHSCT, comité technique, CE Interco 14, conseil syndical Interco 14, conseil de discipline au centre de gestion avec un siège dans chaque catégorie (A, B et C). En passant de quatre à quatorze militants, la section a pu investir un local plus grand, qu’elle a inauguré en grande pompe en présence du vice-président aux ressources humaines, du directeur général adjoint aux ressources humaines et de la presse locale. Dans l’article, figurait la nouvelle adresse de la CFDT avec son numéro de téléphone.

Des problèmes traités, des agents soutenus

En quatre ans, la section a accompagné près d’une centaine d’agents et résolu autant de problèmes liés à l’avancement, aux reconversions professionnelles, aux situations de souffrance au travail. Par exemple, quand le bureau d’information touristique de sa commune a fermé, Delphine, guide conférencière, s’est retrouvée affectée à la maison France Services, pas vraiment son rayon… Avec l’aide de la section, elle a finalement pu réintégrer l’office de tourisme de Lisieux.

Les agents de ce service traversaient eux aussi une période difficile, faisant les frais du management brutal d’un nouveau directeur dont la méthode et le comportement ont entraîné une vague d’absentéisme et d’arrêts de travail sans précédent. Avec le soutien du médecin du travail, la CFDT est directement intervenue auprès du président de l’agglomération. Par la voix de ses représentants, les agents ont été entendus et le directeur en question a quitté ses fonctions très rapidement.

« Lorsque nous sollicitons la direction, elle répond présente parce que nous sommes crédibles. C’est le fruit d’un long travail de concertation et d’échanges. Nous avons ainsi pu mettre fin à une situation désastreuse dans une crèche où les puéricultrices s’étaient vu imposer une annualisation de leurs horaires sans concertation préalable. » Parmi les agents, les jeunes mamans ont complètement paniqué. Comment concilier leurs temps de vie professionnelle et personnelle ? Avertie, la section CFDT leur a demandé de témoigner toutes ensemble lors d’une réunion qu’elle a organisée un soir, après leur travail, avec la participation de tous les responsables : la directrice de la crèche, le chef de service, le directeur des ressources humaines, le directeur général adjoint des ressources humaines et la directrice de la cohésion.

« J’ai dit au personnel : “Si vous ne parlez pas, il ne se passera rien !”, rapporte Isabelle. Seule la solidarité entre les agents peut aboutir à un changement. » Le projet d’annualisation a été annulé, et la direction a choisi de recourir à une auxiliaire polyvalente. « Pour la CFDT, le bénéfice est double : les agents vont mieux et les adhésions augmentent car le bouche-à-oreille fonctionne ! » De plus, avec la médecine du travail, la section sait pouvoir compter sur une prise en charge rapide (généralement le jour même), qu’il s’agisse d’un problème de santé physique ou mentale.

Une enquête qualité de vie au travail post-crise

Au sortir de la pandémie, la CFDT de l’agglo Lisieux-Normandie a souhaité avoir son propre baromètre syndical et mesurer l’avis des agents sur leur travail. Le questionnaire, ciblé sur ce qui fait la qualité de vie au travail, a mis en lumière des problématiques précises – que la section compte maintenant porter devant la direction. Les militants ont ainsi décidé de créer un groupe de travail sur le télétravail, dont plus de personnes souhaiteraient bénéficier (47,7 % des répondants n’y ont pas accès) et afin de mieux équiper ceux qui le pratiquent déjà (30 % des télétravailleurs de l’agglomération utilisent leur ordinateur personnel). En outre, la section a recueilli des commentaires précis sur le manque d’effectifs dans certains services, l’organisation autoritaire du travail ou encore les modalités d’attribution du CIA (complément indiciaire annuel), inadaptées à certains métiers.

Lauréate du “Grand Boost”

Inscrite au Grand Boost « saison 1 » organisé par la Confédération en 2021, la section CFDT de l’agglomération Lisieux-Normandie a affiché une progression de 40 % d’adhérents et remporté un prix national. Mais les militants le savent. « Ces adhésions nouvelles ne sont pas uniquement de nouveaux noms dans un fichier : en les faisant adhérer, nous proposons aux agents d’intégrer notre réseau et de devenir eux aussi acteurs du changement. »