SH s’accorde une trêve estivale. En attendant le numéro du mardi 30 août, la rédaction continuera de vous tenir au courant des sujets qui concernent ou impactent les salariés sur le compte Twitter @SH_CFDT. En savoir plus

Ukraine : le syndicalisme européen et la CFDT se mobilisent

temps de lectureTemps de lecture 4 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3814

La Confédération européenne des syndicats a réuni un conseil exécutif extraordinaire le 1er mars à l’issue duquel elle demande à ses organisations affiliées de venir en aide aux travailleurs touchés par la guerre et d’agir auprès de leurs gouvernements respectifs pour mettre fin à ce conflit. Un appel soutenu et relayé par la CFDT, qui a contribué au fonds de solidarité lancé par la Confédération syndicale internationale. La CFDT appelle également à participer aux rassemblements organisés en soutien à l’Ukraine partout en France, le 5 mars.

Par Guillaume Lefèvre— Publié le 03/03/2022 à 11h50 et mis à jour le 14/03/2022 à 15h39

image

La déclaration commune du comité exécutif de la CES, réuni en urgence le 1er mars, ne souffre d’aucune ambiguïté. « Nous exprimons notre solidarité avec le peuple ukrainien, avec les travailleurs et les syndicats. Nous réitérons la condamnation de l’attaque russe contre l’Ukraine, exigeons l’arrêt immédiat des opérations militaires, que les troupes russes quittent le pays et que le dialogue et les pourparlers réels pour la paix soient intensifiés. »

Forte de 45 millions d’adhérents, la CES exige la protection et l’accueil au sein de l’Union européenne de tous les réfugiés qui fuient le pays. Et alors que les témoignages d’étudiants ou de travailleurs de pays tiers, bloqués en tentant de rejoindre le territoire de l’UE se multiplient, elle exige que le passage des frontières soit garanti pour tous.

Sur le plan économique, elle soutient et soutiendra toutes les actions nécessaires contre le gouvernement et les dirigeants russes, « y compris les initiatives de boycott contre les produits, biens et services », bien consciente que ces mesures auront des impacts sur les travailleurs européens. « Il est indispensable de mettre en place ou de poursuivre des mesures extraordinaires de soutien à l'économie, aux systèmes de protection sociale et à l’emploi, afin de minimiser l’impact socio-économique de la guerre et des sanctions qui y sont liées. »

Trois manières de faire vivre la solidarité

En parallèle, la CFDT a souhaité répondre à un appel de la Confédération syndicale internationale en contribuant au fonds de solidarité syndicale international qui vise à soutenir les travailleurs ukrainiens et les deux organisations syndicales ukrainiennes membres de la CSI, le FPU et le KVPU. « L’invasion de l’Ukraine nous fait entrer dans une nouvelle ère qui requiert plus que jamais une unité européenne sans failles », écrit la Confédération, qui invite ses organisations et ses adhérents à contribuer à ce fonds.

Les initiatives des territoires et des fédérations pour soutenir les Ukrainiens sont encouragées. À l’image de la conférence organisée par l’URI CFDT d’Île-de-France, « Pour une Ukraine libre ! », le mardi 15 mars, en présence d’acteurs associatifs et d’intellectuels en soutien à une Ukraine libre, démocratique et indépendante.

Et parce que la solidarité se concrétise également dans la rue, la CFDT demande à ses adhérents de se joindre aux rassemblements organisés partout en France et place de la République à Paris le samedi 5 mars. « Aujourd’hui comme hier, notre organisation s’engage sans réserve pour le respect du droit international, de la paix et des valeurs démocratiques », affirme Yvan Ricordeau, secrétaire national chargé de l’international.