Signez la pétition “Retraites : non à cette réforme injuste et brutale !” En savoir plus

Qatargate : “Le syndicalisme doit être au-dessus de tout soupçon“

iconeExtrait de l’hebdo n°3855

La Confédération syndicale internationale (CSI), à laquelle est affiliée la CFDT, a réuni son Conseil général le 21 décembre. L’organe directeur de l’organisation a annoncé la suspension de son secrétaire général, Luca Visentini, mis en examen dans le cadre de l’affaire de corruption qui secoue le Parlement européen. Une mesure nécessaire demandée par la CFDT dans l’intérêt du mouvement syndical mondial.

Par Guillaume Lefèvre— Publié le 23/12/2022 à 07h13

image

« Nous voulons une CSI au-dessus de tout soupçon. Il faut procéder dès que possible à un audit des comptes de la CSI et à une commission d’enquête interne » a rappelé la CFDT durant la réunion du Conseil général, l’« autorité suprême de la CSI entre les congrès », composée de 85 membres, dont la CFDT, représentant des organisations affiliées à la CSI dans le monde entier.

Ce rendez-vous extraordinaire a été convoqué en urgence après que Luca Visentini, élu secrétaire général lors du Congrès de Melbourne en novembre, ait été interpellé dans le cadre de l’enquête pour soupçon de corruption qui secoue le Parlement Européen depuis bientôt un mois. C’est dans le cadre de cette enquête que la vice-présidente du Parlement Européen, Eva Kaili, a été inculpée et incarcérée, le 11 décembre dernier pour « appartenance à une organisation criminelle, blanchiment d’argent et corruption ».

Pour le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, « les faits reprochés, s’ils sont avérés, sont graves. Pour être utile aux travailleurs, il faut être au-dessus de tout soupçon. Il est toutefois important de rappeler que nous ne nous substituons pas à la justice. Nous tenons à la présomption d’innocence. Ce qui nous préoccupe c’est de protéger le mouvement syndical international et la CSI ».

Une décision en janvier pour la nomination d’un nouveau secrétaire général

« Les faits confessés dans les médias par le secrétaire général1 ne sont pas moins graves. Un financement extérieur pour une campagne interne à la CSI, combien même s’il était pris de bonne foi et que ce n’était pas de l’argent de la corruption, est pour nous inacceptable. Cette situation pointe un manque de règles pour plus de transparence, complète Béatrice Lestic, secrétaire nationale de la CFDT chargée de l'interntionale. Il est indispensable de faire la lumière sur les dysfonctionnements internes et de rendre le fonctionnement de la CSI plus démocratique et plus transparent ».

« Le Conseil général prendra une décision, début janvier 2023, concernant la désignation d'une ou d’un secrétaire général faisant fonction pendant la période intérimaire, a expliqué a CSI. Dans l’intervalle, le secrétaire général adjoint Owen Tudor exercera les fonctions de secrétaire général », a précisé la CSI.