Loi “grand âge et autonomie”, la promesse non tenue du gouvernement

temps de lectureTemps de lecture 3 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3790

Par Nicolas Ballot— Publié le 13/09/2021 à 15h16

image
© Côme Sittler/RÉA

« C’est avec une déception immense que la CFDT apprend que la perspective d’une loi “grand âge et autonomie” à la hauteur de ces attentes est de nouveau repoussée. » Dans un communiqué commun, Jocelyne Cabanal, secrétaire nationale de la CFDT chargée de la protection sociale, et Dominique Fabre, secrétaire générale la CFDT-Retraités, dénoncent l’abandon par le gouvernement de l’objectif de faire adopter la loi grand âge avant la fin du quinquennat. À leurs yeux, il s’agit ni plus ni moins d’« un rendez-vous manqué avec la solidarité et la dignité ».

Les regrets sont d’autant plus vifs que les constats sont connus et partagés (et ont fait l’objet de différents rapports) depuis longtemps : le vieillissement de la population et l’état sinistré du secteur médico-social appellent à une réforme de grande ampleur afin de permettre à nos anciens de vieillir dans la dignité.

De profondes restructurations nécessaires

Pour la CFDT, « le financement [des mesures indispensables] doit être pensé solidairement et nationalement pour que cessent les inégalités indécentes devant le risque de perte d’autonomie. Nous savons également que ce sont de profondes restructurations dont le secteur a besoin, en travaillant sur l’attractivité des métiers ».

1. Projet de loi de financement de la Sécurité sociale.

À défaut de loi, et en attendant de connaître les mesures en faveur de l’autonomie que devrait contenir le PLFSS1, la CFDT-Retraités continue de revendiquer une loi pour accompagner le vieillissement de la population ainsi que la création de centaines de milliers d’emplois qui sont et doivent être au rendez-vous de cette réforme.

Une loi annoncée et sans cesse repoussée

Le président de la République avait promis une loi Autonomie avant la fin 2019, puis, en janvier 2020, les ministres chargés de l’autonomie et des personnes handicapées annonçaient sa présentation au premier trimestre 2021. On sait désormais qu’elle ne verra pas le jour avant le prochain quinquennat.