Le réseau des Sentinelles vertes s’étoffe

temps de lectureTemps de lecture 4 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3833

Lancé officiellement en septembre 2021, le réseau des Sentinelles vertes s’est réuni le 9 juin pour une journée de bilan et perspectives de son activité. Le réseau gagne en notoriété, en militants impliqués, et ses groupes de travail ont produit un nombre impressionnant d’outils à destination des équipes CFDT pour faire progresser la transition écologique dans les entreprises. Et le programme des mois à venir est fourni !

Par Emmanuelle Pirat— Publié le 21/06/2022 à 12h00

image
© Syndheb

Ils n’étaient que quelques-uns en 2020, une soixantaine en septembre 2021 lors du lancement officiel du réseau… et ils sont désormais la centaine de militants ! En quelques mois, le réseau des Sentinelles vertes – voué à devenir « un réseau collaboratif ouvert à tous les adhérents de la CFDT pour développer la transition écologique dans les entreprises » – a gagné en notoriété et en nombre de participants ! « Nous avons construit une première ossature, un premier cercle. Nous avons la locomotive et les premiers wagons ; il nous faut en accrocher d’autres ! », indique Michaël Pinault, secrétaire fédéral de la CFDT-Communication, Conseil, Culture (F3C) et initiateur du réseau.

Le développement et la structuration des Sentinelles étaient bien entendu au menu de la réunion plénière du 9 juin, date choisie pour dresser un bilan de cette première année d’activité et travailler sur ses perspectives. « Il faut élargir le recrutement », pointe d’emblée Michaël, en allant chercher un public plus jeune, plus féminin et plus divers en matière de champs professionnels, pour éviter que le sujet de la transition écologique « ne soit qu’un sujet de cadres ».

Bonne nouvelle : le réseau fait des émules au-delà du périmètre de la seule F3C. La CFDT-Agri-Agro, la CFDT-Services ou la Fédération nationale Construction et Bois manifestent leur intérêt de développer le réseau parmi leurs militants. Le 1er mai dernier, la journée organisée par l’Union régionale interprofessionnelle d’Île-de-France et la Confédération, placée sous le thème de la transition écologique juste, avait également permis aux Sentinelles de gagner en visibilité.

“Verdir notre syndicalisme”

Mais c’est principalement dans les entreprises que l’action des Sentinelles porte ses fruits. Certains de ses militants, par exemple chez Capgemini ou au sein de diverses entités du groupe Orange, ont développé des ateliers de Fresque du climat ou Fresque du numérique. Plusieurs sentinelles sont même devenues « fresqueurs » – ils se sont formés à l’animation de ces ateliers. Chez Bayard Presse, à l’INA (Institut national de l’audiovisuel) ou chez Orange, des militantes ont permis de transformer les pratiques de leur restaurant d’entreprise : mise en place de stand végétarien, formation à la cuisine végétarienne, politique de réduction des déchets…

D’autres sentinelles ont donné la priorité aux pratiques des activités sociales et culturelles (ASC), pour aller vers des offres plus responsables : réflexion sur la politique de voyages, de la billetterie, des chèques-cadeau ou chèques culture, etc. Les sentinelles se font aussi aiguillon quand il s’agit d’encourager l’ouverture de négociations relatives à la mobilité durable, la RSE1, etc. Le réseau est bien entendu là pour l’entraide et l’échange de conseils et de bonnes pratiques. « J’ai régulièrement des délégués syndicaux qui m’appellent pour me demander comment s’y prendre sur la négociation de la BDESE2 ou qui cherchent à comprendre ce que sont les indicateurs climat », explique Michaël.

Centre de ressources pour les équipes

Pour que leur expérience serve au-delà de leurs propres effectifs, les membres du réseau ont entamé un énorme chantier de construction d’outils : des cursus de formation (le premier sera proposé au catalogue de formation confédéral dès cet automne), des fiches revendicatives et méthodologiques à destination des équipes syndicales sur tous les thèmes qui peuvent servir de leviers dans les entreprises et porter le sujet de l’urgence climatique… Le classeur complet de ces fiches sera disponible d’ici à la fin de l’année.

C’est aussi une série de sept webinaires (à raison d’un par mois) qui est proposée. Après un premier opus, le 19 mai, sur la négociation de la mobilité durable dans l’entreprise, le prochain, programmé le 22 juin, portera sur le thème de la BDESE et la loi climat (quels indicateurs pertinents, etc.). Si le programme de travail des derniers mois a été chargé, celui des prochains mois le sera tout autant, avec de nombreux projets à la clé. Dont la mise en place d’un questionnaire en vue de sonder les attentes et les propositions des salariés en matière de transition écologique ainsi qu’un cycle d’études et d’échanges sur le numérique responsable. En montrant l’implication et l’action de la CFDT sur ces questions de transition écologique, le réseau devrait également séduire de nouveaux adhérents – et susciter de nouvelles vocations !