“La CFDT a été la seule organisation syndicale audible et crédible dès le début de la crise”

temps de lectureTemps de lecture 5 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3829

L’action confédérale durant la pandémie, la démocratie interne ou encore le déploiement du dispositif ARC ont été évoqués par la trentaine de syndicats qui se sont relayés à la tribune pour intervenir sur le rapport d’activité mardi matin.

Par Fabrice Dedieu— Publié le 14/06/2022 à 15h31

Frédéric Fritsch, du Syndicat chimie-énergie d’Alsace.
Frédéric Fritsch, du Syndicat chimie-énergie d’Alsace.© Cyril Entzmann

En cette deuxième journée de congrès, les syndicats et les organisations ont continué à inventorier l’action confédérale des quatre dernières années. Première d’une trentaine d’interventions sur le rapport d’activité, celle de l’Union régionale interprofessionnelle (URI) du Grand Est, par la voix de Sylvie Delanne, décrit « une mandature hors norme à bien des égards » – crise et fracture sociale, pandémie, fatigue démocratique…« Si la CFDT a été bousculée, elle n’est pas restée spectatrice. »

Replay des interventions du 14 juin sur le rapport d'activité (1ère partie)

Un constat partagé par Flore Mollet, du Syndicat général des transports du Sud-Est : « Concernant la gestion de la crise Covid, notre syndicat souligne l’action de la Confédération pour soutenir, accompagner, aider les structures et les équipes. Pendant les périodes de confinement, les outils ont permis de garder le lien avec les travailleuses et les travailleurs, les militantes et les militants [...] La CFDT a été la seule organisation syndicale audible et crédible dès le début de la crise. Sachant clairement dire les choses et prendre des positions difficiles quand il le fallait mais toujours dans l’intérêt collectif. »  »

À propos des objectifs de développement…

Les objectifs de développement ont été évoqués de multiples fois à la tribune. De fait, l’objectif de + 10 % inscrit dans la résolution de Rennes en 2018 était « difficilement atteignable […], même si la Confédération a mis à la disposition des structures des plans de développement avec des moyens financiers, » estime Aurélie Ziegler, du Syndicat métallurgie cœur Grand Est. D’après Bénédicte Baledent, du Syndicat santé-sociaux de la Somme, « les résultats ne sont pas à la hauteur des ambitions, et l’analyse de la Confédération est sans concession. » 

… Et de la démocratie interne

D'autres se sont attardés sur la démocratique interne. « Nous avions été assez critiques, et même sévères, il y a quatre ans, sur la démocratie interne. La Confédération a pris partiellement cette expression en compte avec la mise en place de dispositifs comme “La Consult’’’ ou “Je participe”. Notre fonctionnement n’est pas parfait. Il doit prendre en compte la voie des militants, y compris sur les sujets qui crispent, » estime le Syndicat chimie-énergie d’Alsace, représenté par Frédéric Fritsch.

Claude Colineaux, de l’Union territoriale des retraités (UTR) du Finistère.
Claude Colineaux, de l’Union territoriale des retraités (UTR) du Finistère.© Cyril Entzmann

« Les débats de “Je participe” sont une très bonne initiative confédérale. Malheureusement, trop peu de syndicats s’en sont emparés, et ils ont touché trop peu d’adhérents », regrette le Syndicat général de l’agroalimentaire du Finistère par la voix de Jean-Luc Feillant.

Replay des interventions du 14 juin sur le rapport d'activité (2e partie)

Des outils insuffisamment connus et utilisés

Enfin, le nouveau dispositif confédéral ARC (Accompagnement, Ressources, Conseil) a retenu l’attention du Syndicat chimie-énergie de Champagne-Ardenne, représenté par Baptiste Leroy, qui pointe un problème d'offre et de demande : « 400 accompagnants formés mais combien d’accompagnement sur le terrain ? Pour le Syndicat chimie-énergie Champagne-Ardenne, deux accompagnants formés en janvier 2020… et aucune sollicitation depuis ! »

Au final, « le bilan est-il parfait ?, a demandé Sylvie Delanne, de l’URI Grand Est. Bien sûr que non. Malgré les outils, nos acquis sont insuffisamment connus, parfois même de nos adhérents. Le développement est insuffisant. La réforme de l’assurance chômage est passée malgré nos oppositions. […] Mais la CFDT est là, acteur avec lequel il faut compter, fière de ses valeurs. Elle cherche à être utile et à incarner un syndicalisme en lien avec son époque, pas au-dessus mais au niveau des enjeux et proche des travailleurs. »