La concertation sur les métiers en tension avance abonné

Au début du mois d’octobre, partant du constat de la difficulté à recruter dans certains secteurs et de la hausse du nombre des demandeurs d’emploi, le ministère du Travail adressait une liste de 75 métiers en tension aux partenaires sociaux, les invitant à opérer une sélection parmi ces métiers en vue de plans d’action.

Par Marie-Nadine Eltchaninoff— Publié le 10/12/2020 à 15h19

image

« Il ne s’agit pas simplement de prendre en compte le manque de main-d’œuvre ou l’inadéquation géographique qui servent généralement à calculer le niveau de tension d’un métier mais de comprendre les raisons structurelles pour lesquelles ces métiers sont en tension et trouver les moyens de les résorber », explique la CFDT, qui vient d’envoyer au ministère du Travail la liste des métiers à cibler en priorité. La Confédération a mené en amont un travail d’identification avec les fédérations les plus concernées en se fondant sur les données statistiques du ministère, dont un indicateur de degré de tension. Parmi les branches identifiées se trouvent la charcuterie avec les métiers de la fabrication (lien vers le contenu : Agroalimentaire), la métallurgie avec le métier de soudeur-chaudronnier et de technicien de maintenance (Fédération générale des Mines et de la Métallurgie), l’ameublement (Fédération nationale Construction et Bois), la propreté, les services à la personne et la…

Pour continuer de lire cet article, vous devez être abonné.

s'abonner

Déjà abonné ? Connectez-vous