#Réponses à emporter, la saison 2 en images

Sur ce point-rencontre situé à proximité de la gare RER parisienne Denfert-Rochereau, deux sujets interpellent les passants : la reconversion et le logement. Des salariés remplissent le questionnaire élaboré par l’Union régionale interprofessionnelle d’Île-de-France dans le cadre de sa grande enquête « Causons logement ». D’autres recueillent auprès des militants des informations à propos du conseil en évolution professionnelle (CEP), première étape d’une démarche de reconversion.
Sur ce point-rencontre situé à proximité de la gare RER parisienne Denfert-Rochereau, deux sujets interpellent les passants : la reconversion et le logement. Des salariés remplissent le questionnaire élaboré par l’Union régionale interprofessionnelle d’Île-de-France dans le cadre de sa grande enquête « Causons logement ». D’autres recueillent auprès des militants des informations à propos du conseil en évolution professionnelle (CEP), première étape d’une démarche de reconversion.© DR

temps de lectureTemps de lecture 7 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3793

La deuxième édition de “Réponses à emporter” s’est tenue les 28, 29 et 30 septembre. Retour sur cette opération de rentrée qui a mobilisé les militants partout en France.

Par La rédaction— Publié le 05/10/2021 à 12h00 et mis à jour le 05/10/2021 à 13h23

Devant les entreprises, les administrations, les zones commerciales et dans les centres-villes, l’orange était de sortie en cette fin septembre. « La principale nouveauté par rapport à l’an dernier, c’est que les équipes sont davantage allées à la rencontre des salariés sur leurs lieux de travail plutôt que de les attendre dans un accueil de proximité », se félicite Béatrice Lestic, la secrétaire nationale chargée du développement. Mieux, de nombreuses équipes ont intégré « Réponses à emporter » au sein de leur propre agenda syndical. Ce fut notamment le cas de certaines équipes des fonctions publiques, qui ont fait correspondre cette opération au lancement de leur campagne pour les élections de représentativité de décembre 2022.

La joie de se retrouver sur le terrain

À propos de l'auteur

La rédaction
Syndicalisme Hebdo

Outre la fierté et la joie des militants de se retrouver collectivement sur le terrain après de trop nombreux mois de relations à distance, « l’accueil que nous ont réservé les salariés était positif, voire chaleureux ; ils étaient heureux que la CFDT vienne à leur rencontre et réponde à leurs questions », se félicite la secrétaire nationale. Une chose est certaine : les équipes sont d’ores et déjà partantes pour une troisième édition !

Jeannette, au téléphone avec un membre du personnel administratif le 28 septembre, faisait partie de l’équipe des « standardistes d’un jour » sur la plateforme d’appels mise en place par le Sgen-CFDT de 8 h 30 à 18 heures pour tous les AESH (accompagnants des élèves en situation de handicap) et les personnels administratifs.
Jeannette, au téléphone avec un membre du personnel administratif le 28 septembre, faisait partie de l’équipe des « standardistes d’un jour » sur la plateforme d’appels mise en place par le Sgen-CFDT de 8 h 30 à 18 heures pour tous les AESH (accompagnants des élèves en situation de handicap) et les personnels administratifs.© DR
Dès 6 heures du matin, devant la gare SNCF de Saint-Quentin (Hauts-de-France), Stéphanie Decaux, la secrétaire régionale chargée de l’Union territoriale interprofessionnelle de l’Aisne et quatre courageux militants – Christophe Bouchindomme, secrétaire régional chargé du développement, Hervé Vasseur, de la Direction départementale des territoires de l’Aisne, Jeanne-Claudia Fradi, du Syndicat Santé-Sociaux de l’Aisne, et Zohra Beades, du Syndicat des Services de Picardie – ont été à la rencontre de plus de 300 travailleurs matinaux et beaucoup de jeunes.
Dès 6 heures du matin, devant la gare SNCF de Saint-Quentin (Hauts-de-France), Stéphanie Decaux, la secrétaire régionale chargée de l’Union territoriale interprofessionnelle de l’Aisne et quatre courageux militants – Christophe Bouchindomme, secrétaire régional chargé du développement, Hervé Vasseur, de la Direction départementale des territoires de l’Aisne, Jeanne-Claudia Fradi, du Syndicat Santé-Sociaux de l’Aisne, et Zohra Beades, du Syndicat des Services de Picardie – ont été à la rencontre de plus de 300 travailleurs matinaux et beaucoup de jeunes.© DR
Le Sgen-CFDT était à l’université Gustave-Eiffel, campus Marne-la-Vallée, à Champs-sur-Marne (Seine-et-Marne). Les militants du Sgen et de l’interpro ont rencontré des personnels dont les agents de restauration du Crous et les étudiants pour leur rappeler qu’« une organisation syndicale, c’est aussi un réseau de solidarité, de soutien, de conseil et d’expertise qui peut se révéler précieux ».
Le Sgen-CFDT était à l’université Gustave-Eiffel, campus Marne-la-Vallée, à Champs-sur-Marne (Seine-et-Marne). Les militants du Sgen et de l’interpro ont rencontré des personnels dont les agents de restauration du Crous et les étudiants pour leur rappeler qu’« une organisation syndicale, c’est aussi un réseau de solidarité, de soutien, de conseil et d’expertise qui peut se révéler précieux ».© DR
Les militants CFDT des transports lorrains et de l’Union territoriale interprofessionnelle (UTI) de la Meurthe-et-Moselle se sont levés très tôt le premier jour de l’opération « Réponses à emporter » pour renseigner les routiers et automobilistes de passage.
Les militants CFDT des transports lorrains et de l’Union territoriale interprofessionnelle (UTI) de la Meurthe-et-Moselle se sont levés très tôt le premier jour de l’opération « Réponses à emporter » pour renseigner les routiers et automobilistes de passage.© DR
À Arles…
À Arles…© DR
Les militants CFDT d’Île-de-France ont rencontré des voyageurs et des travailleurs à la gare du Nord le mercredi 29 septembre. L’événement, ouvert à tous les travailleurs et demandeurs d’emploi, était organisé avec Union, partenaire de la CFDT, afin d’informer les livreurs à vélo ou à moto ainsi que les VTC.
Les militants CFDT d’Île-de-France ont rencontré des voyageurs et des travailleurs à la gare du Nord le mercredi 29 septembre. L’événement, ouvert à tous les travailleurs et demandeurs d’emploi, était organisé avec Union, partenaire de la CFDT, afin d’informer les livreurs à vélo ou à moto ainsi que les VTC.© DR
Des militants du Syndicat général de l’Agroalimentaire du département, accompagné par l’Union départementale des Alpes-de-Haute-Provence, étaient très tôt présents le mercredi 29 au lycée agricole de Digne Carmejane et au CFPPA – un centre de formation continue qui accueille des demandeurs d’emploi et des personnes en activité qui souhaitent se reconvertir ou s’insérer professionnellement.
Des militants du Syndicat général de l’Agroalimentaire du département, accompagné par l’Union départementale des Alpes-de-Haute-Provence, étaient très tôt présents le mercredi 29 au lycée agricole de Digne Carmejane et au CFPPA – un centre de formation continue qui accueille des demandeurs d’emploi et des personnes en activité qui souhaitent se reconvertir ou s’insérer professionnellement.© DR
L’URI Hauts-de-France avec son groupe jeunes et les syndicats Sgen et Sep Nord-Pas-de-Calais ont rencontré des étudiants de l’université de Lille et ont échangé sur les problématiques auxquelles ils sont confrontés. Les militants, accompagnés par la secrétaire nationale Inès Minin, ont recueilli de nombreuses questions relatives, notamment, à leur job étudiant, leurs difficultés liées au logement et à la Sécurité sociale. À cette occasion, 500 kits d’hygiène (gel douche, protections périodiques, dentifrice…) ont été distribués aux plus précaires, issus d’une collecte de solidarité auprès des militants des Hauts-de-France. « Parce que certains étudiants, entre s’acheter à manger et se fournir en produits d’hygiène, le choix est vite fait ! », indique Jennifer Zou, responsable du groupe jeunes de l’URI Hauts-de-France.
L’URI Hauts-de-France avec son groupe jeunes et les syndicats Sgen et Sep Nord-Pas-de-Calais ont rencontré des étudiants de l’université de Lille et ont échangé sur les problématiques auxquelles ils sont confrontés. Les militants, accompagnés par la secrétaire nationale Inès Minin, ont recueilli de nombreuses questions relatives, notamment, à leur job étudiant, leurs difficultés liées au logement et à la Sécurité sociale. À cette occasion, 500 kits d’hygiène (gel douche, protections périodiques, dentifrice…) ont été distribués aux plus précaires, issus d’une collecte de solidarité auprès des militants des Hauts-de-France. « Parce que certains étudiants, entre s’acheter à manger et se fournir en produits d’hygiène, le choix est vite fait ! », indique Jennifer Zou, responsable du groupe jeunes de l’URI Hauts-de-France.© DR
L’équipe CFDT de la Sarthe, au Mans, a présenté pendant les trois jours de « Réponses à emporter » aux portes des CFA coiffure, boucherie, automobile, hôtellerie, BTP, etc., une enquête flash sous forme de QR code afin de connaître leur vie en formation et au travail, et faire remonter leurs attentes aux instances régionales concernées. À la fin de l’enquête, un autre QR code les a orientés vers un padlet (https://padlet.com/wpb/v59wz6egxl1d12ov) leur donnant des infos sur le CEP, le CPF, les aides à la mobilité, au logement ou encore les aides locales…
L’équipe CFDT de la Sarthe, au Mans, a présenté pendant les trois jours de « Réponses à emporter » aux portes des CFA coiffure, boucherie, automobile, hôtellerie, BTP, etc., une enquête flash sous forme de QR code afin de connaître leur vie en formation et au travail, et faire remonter leurs attentes aux instances régionales concernées. À la fin de l’enquête, un autre QR code les a orientés vers un padlet (https://padlet.com/wpb/v59wz6egxl1d12ov) leur donnant des infos sur le CEP, le CPF, les aides à la mobilité, au logement ou encore les aides locales…© DR
À Bayonne, devant la gare SNCF, le barnum CFDT a attiré bon nombre de travailleurs en quête de réponses à leurs problèmes, de natures diverses.
À Bayonne, devant la gare SNCF, le barnum CFDT a attiré bon nombre de travailleurs en quête de réponses à leurs problèmes, de natures diverses.© DR
Le mardi 28 septembre, premier jour de la deuxième édition de « Réponses à emporter », une rencontre avec de jeunes travailleurs à Saint-Brieuc était animée par Anaïck Thoraval, de l’Union départementale (UD) des Côtes-d’Armor.
Le mardi 28 septembre, premier jour de la deuxième édition de « Réponses à emporter », une rencontre avec de jeunes travailleurs à Saint-Brieuc était animée par Anaïck Thoraval, de l’Union départementale (UD) des Côtes-d’Armor.© DR
À Nevers, les militants sont allés à la rencontre des agents du public (à l’entrée du restaurant administratif), ils ont pu voir une trentaine d’agents.
À Nevers, les militants sont allés à la rencontre des agents du public (à l’entrée du restaurant administratif), ils ont pu voir une trentaine d’agents.© DR
Laurent Berger s’est rendu au stand installé devant la gare de Tours le jeudi 30 septembre… « Les principales demandes que nous avons eues concernent les dispositifs, les financements, parce que les gens, notamment les jeunes, sont un peu perdus dans leur accès aux droits », explique Teddy Aveline, chargé du dossier des TPE et des jeunes à l’Union régionale Centre-Val de Loire. « Beaucoup de questions portaient sur l’orientation professionnelle, le conseil en évolution pro, les dispositifs jeunes… Nous les invitons également à repasser à la boutique CFDT, installée à deux pas, dans le centre de Tours. »
Laurent Berger s’est rendu au stand installé devant la gare de Tours le jeudi 30 septembre… « Les principales demandes que nous avons eues concernent les dispositifs, les financements, parce que les gens, notamment les jeunes, sont un peu perdus dans leur accès aux droits », explique Teddy Aveline, chargé du dossier des TPE et des jeunes à l’Union régionale Centre-Val de Loire. « Beaucoup de questions portaient sur l’orientation professionnelle, le conseil en évolution pro, les dispositifs jeunes… Nous les invitons également à repasser à la boutique CFDT, installée à deux pas, dans le centre de Tours. »© DR
Le bureau de l’Union régionale interprofessionnelle d’Auvergne-Rhône-Alpes a profité de la pause méridienne pour rejoindre l’action « Réponses à emporter » devant la gare de Lyon Part-Dieu.
« Nous avons eu des échanges avec des travailleurs des plateformes, notamment des livreurs à vélo, des questions liées aux freins à l’emploi, aux conditions de vie en marge de leur travail, des échanges concernant les démarches sur le handicap. Nous avons distribué plus de 500 flyers sur l’Adhésion découverte. La CGT tractait ce jour pour la manifestation du 5 octobre, alors, en matière de différenciation, nous avons marqué des points ! », explique Sylvain Desoignies, secrétaire régional de l’URI.
Le bureau de l’Union régionale interprofessionnelle d’Auvergne-Rhône-Alpes a profité de la pause méridienne pour rejoindre l’action « Réponses à emporter » devant la gare de Lyon Part-Dieu. « Nous avons eu des échanges avec des travailleurs des plateformes, notamment des livreurs à vélo, des questions liées aux freins à l’emploi, aux conditions de vie en marge de leur travail, des échanges concernant les démarches sur le handicap. Nous avons distribué plus de 500 flyers sur l’Adhésion découverte. La CGT tractait ce jour pour la manifestation du 5 octobre, alors, en matière de différenciation, nous avons marqué des points ! », explique Sylvain Desoignies, secrétaire régional de l’URI.© DR
Une action « Réponses à emporter » a eu lieu à l’hôpital d’Auxerre le mercredi 29 septembre.
Une action « Réponses à emporter » a eu lieu à l’hôpital d’Auxerre le mercredi 29 septembre.© DR
Dans le cadre d’un café juridique, Gwendoline et Patrick enchaînent les rendez-vous. Une salariée d’une vingtaine d’années, embauchée dans une agence immobilière, rencontre des soucis avec son employeur. Après avoir reçu de précieux conseils, elle n’a pas tardé à adhérer !
Dans le cadre d’un café juridique, Gwendoline et Patrick enchaînent les rendez-vous. Une salariée d’une vingtaine d’années, embauchée dans une agence immobilière, rencontre des soucis avec son employeur. Après avoir reçu de précieux conseils, elle n’a pas tardé à adhérer !© DR
Les barnums de la CFDT étaient particulièrement visibles des passants et des automobilistes sur ce rond-point de Val-de-Reuil, dans le département de l’Eure, en Normandie.
Les barnums de la CFDT étaient particulièrement visibles des passants et des automobilistes sur ce rond-point de Val-de-Reuil, dans le département de l’Eure, en Normandie.© DR
À Grans ou sur la zone commerciale de Plan de Campagne, à Cabriès (Bouches-du-Rhône), les équipes CFDT sont allées à la rencontre des salariés et ont répondu à toutes leurs questions les 29 et 30 septembre dernier.
À Grans ou sur la zone commerciale de Plan de Campagne, à Cabriès (Bouches-du-Rhône), les équipes CFDT sont allées à la rencontre des salariés et ont répondu à toutes leurs questions les 29 et 30 septembre dernier.© DR