Les travailleurs n’ont pas à pâtir de la situation politique

iconeExtrait de l’hebdo n°3833

Par Laurent Berger— Publié le 21/06/2022 à 12h00

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT.
Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT.© Cyril Entzmann

Quel contraste entre le congrès de la CFDT qui vient de s’achever et le climat politique délétère que nous subissons ces derniers mois !

Au moment où la CFDT sort confortée de son 50e congrès – avec une résolution adoptée à plus de 90 % –, le taux d’abstention aux premier et second tours des élections législatives frôle des records, en particulier parmi les jeunes. Et, dans le même temps, jamais le nombre de députés RN n’aura été aussi élevé. Cela confirme ce que nous répétons depuis des mois : la société est plus que jamais fracturée et souffre d’une grande fatigue démocratique. Les discours ambigus sur l’extrême droite entre les deux tours ont favorisé une force politique qui défend des valeurs contraires à celles de la République.

À la CFDT, chacun le sait, nous n’avons pas pour habitude de commenter les résultats des élections politiques. Mais face aux incertitudes que font peser les résultats des dernières législatives, force est de dire haut et fort que les travailleuses et les travailleurs n’ont pas à en pâtir. Au contraire, ils ont plus que jamais besoin d’une société apaisée, prérequis indispensable pour répondre au plus vite à leurs attentes en matière de pouvoir de vivre ; d’emploi ; de lutte contre le changement climatique ; de justice sociale et d’amélioration des conditions de travail…

Il s’avère donc indispensable de revitaliser la vie démocratique en donnant plus de poids à la parole de la société civile organisée et des corps intermédiaires. En tant que première organisation syndicale, la CFDT prendra toute sa part dans ce combat-là.