Syndicalisme Hebdo prend ses quartiers d'été jusqu'à la prochaine édition le 31 août. Mais la rédaction reste mobilisée tout l'été sur notre site et sur notre compte Twitter @SH_CFDT.

[Dossier Emploi] Plan de sauvetage de la génération Covid abonné

En temps de crise, les jeunes sont les premiers touchés. Le plan de relance a confirmé la série de mesures annoncées fin juillet pour booster l’emploi des jeunes. Permettront-elles d’amortir le choc ?

Par La rédaction— Publié le 19/10/2020 à 06h24 et mis à jour le 14/01/2021 à 13h59

image

Une fin de cursus en pointillé, des stages en télétravail, des jobs annulés… Après un été en demi-teinte, plus de 700 000 jeunes font leur entrée sur le marché du travail dans un contexte de crise d’une ampleur inégalée. L’Insee table sur 11 % de baisse du PIB, du jamais vu.

La récession et l’incertitude quant à l’évolution de la situation sanitaire jouent sur le moral des entreprises. Quand elles ne licencient pas – l’Unédic prévoit la destruction de 900 000 emplois d’ici à la fin de 2020 – elles gèlent les recrutements, particulièrement celui des profils juniors. Pour les jeunes, c’est la double peine. Les difficultés rencontrées en début de vie professionnelle, périodes de chômage, emplois précaires ou de moindre qualité, vont se ressentir tout au long de leur parcours ultérieur.

C’est ce que montre une étude du Céreq, qui a comparé la trajectoire sur sept ans de trois générations : celle arrivée sur le marché du travail en 2010, en plein marasme après la crise de 2008, et celles de 1998 et de 2004. Le constat est implacable : les jeunes diplômés du secondaire ou sans diplôme « se voient toujours plus exclus de l’emploi, plus exposés au chômage et à la précarité » que leurs aînés, pendant que les jeunes diplômés de l’enseignement du supérieur « voient baisser leurs chances d’accéder au statut de cadre et de bénéficier d’une rémunération que leur niveau d’étude semblait justifier pour les générations précédentes »

C’est pour éviter le décrochage d’une génération qu’il faut aujourd’hui se mobiliser. Sur les 100 milliards d’euros du plan de relance global révélé en septembre, 6,7 milliards sont consacrés au plan baptisé « Un jeune, une solution » mis en œuvre dès cet été. Le plan gouvernemental vise à prendre de vitesse la catastrophe annoncée grâce à un ensemble de mesures adaptées à la diversité des situations vécues par les jeunes.

« Un certain nombre de nos propositions ont été retenues », se réjouit Inès Minin. La secrétaire nationale chargée de la politique envers les jeunes fait allusion aux quatorze propositions transmises au gouvernement dès le début de l’été par la CFDT. L’organisation a très tôt alerté sur la nécessité de mettre en place un accompagnement de tous les jeunes de 16 à 30 ans, selon des modalités différentes en fonction des situations, sans exclure une aide financière aux entreprises qui s’engagent à recruter des jeunes.

Un signal fort envoyé aux employeurs

Cette dernière approche constitue la mesure phare du plan annoncé par Jean Castex et se veut un signal fort en direction des employeurs. Depuis le 1er août, une aide pouvant atteindre 4 000 euros pour un contrat d’un an ou plus, est accordée pour toute embauche d’un jeune de moins de 26 ans en CDI ou en CDD d’au moins trois mois, dans la limite de deux Smic. La mesure est applicable jusqu’au 31 janvier 2021 : aux entreprises de faire preuve de réactivité.

Si le risque d’effet d’aubaine existe, il est toutefois minoré par le versement échelonné de la prime, au fur et à mesure de l’avancée du jeune dans son contrat. L’option d’une exonération de cotisations, qui aurait été dommageable pour les régimes de protection sociale, n’a pas été retenue. Cette disposition complète le plan de relance de l’apprentissage annoncé dès le mois de juin et qui prévoit une aide de 5 000 euros ou de 8 000 euros, selon que le jeune est mineur ou majeur, pour toute embauche d’alternant.

Au-delà de ces aides directes aux entreprises, les dispositifs d’aide à l’insertion des jeunes ont été réactivés et renforcés. Les contrats aidés, réduits à la portion congrue au début du quinquennat, font leur retour dans le secteur marchand : 60 000 contrats initiative emploi (CIE) doivent être créés, dont 10 000 dès cette année. À cela s’ajoute une augmentation du nombre de parcours emplois compétences (nouvelle appellation des contrats aidés dans le secteur associatif et public), avec 60 000 nouveaux postes. Sont également annoncés 35 000 contrats d’activité par l’insertion économique et 100 000 missions de service civique, dont le succès ne se dément pas.

Les jeunes les plus en difficulté, souvent désignés par l’acronyme Neet (Not in Education, Employment or Training, c’est-à-dire ni étudiant, ni employé, ni stagiaire), devraient accéder plus facilement à la Garantie jeunes, un…

Pour continuer de lire cet article, vous devez être abonné.

s'abonner

Déjà abonné ? Connectez-vous